Les « Amis de Collioure » présentent le samedi 2 mars à 17 heures au Centre culturel de Collioure la conférence de Jacques SAQUER (photo ci-dessous), docteur en Histoire, agrégé de l’Université :
« L’étonnante République Contrebandière de Banyuls, 1780-1850 »

 

Laborieusement définie sur le plan diplomatique à la suite du Traité des Pyrénées au cœur du 18ème siècle, la frontière franco-espagnole dans la partie orientale des Pyrénées ne s’est véritablement imposée aux frontaliers qu’au début du 19ème siècle et davantage pour des raisons d’ordre public ou de politique économique que par des nécessités stratégiques .
En effet, en cette fin du 18ème siècle, des dangers croissants apparaissaient dans cette zone frontière pour l’ordre public français et même espagnol.
Les habitants de Banyuls-sur-Mer vivaient à peu près isolés du côté des terres. Ces “fils de Banyuls”, rudes gaillards, étaient condamnés à vivre durement de leurs maigres terres en terrasse d’où ils réussissaient déjà à tirer un vin incomparable, mais vivaient plus aisément de toutes les occasions que leur offrait la mer, y compris les moins avouables.

Le fait d’être frontaliers français était une bonne occasion de faire de la contrebande du tabac depuis Gênes qu’ils entreposaient très provisoirement dans des cavités naturelles (covas) assez nombreuses sur leur côte schisteuse ou du sel depuis Gibraltar ou des salins du Languedoc. À partir de 1838, la contrebande de l’huile à très grande échelle vint doubler celle du tabac. Cette organisation fut remarquable et constamment améliorée.
Ainsi Banyuls-sur-Mer devenait un centre de distribution assez peu gêné par l’autorité française, mais qui rencontrait davantage de difficultés du côté espagnol ; ce qui peut nous conduire à mieux interpréter “l’héroïque” résistance qu’opposèrent les habitants de Banyuls, vieillards, femmes et enfants compris, à l’invasion espagnole de 1793.