Après Prats-de-Mollo-La-Preste et Perpignan-La-Rayonnante, Argelès-sur-Mer a (enfin) choisi de se tourner vers le reste de l’Hexagone pour attirer les touristes, en mettant en avant notamment ses atouts naturels, nombreux, naturellement !

Pendant les décennies « alduyistes », fort heureusement aujourd’hui révolues, sous la pression de lobbies catalanistes électoralistes, le département estampillé « Pays Catalan » n’a su que faire sa pub au sud des Pyrénées, délaissant le territoire national, frustrant de nombreux tour-opérateurs français et autres acteurs du secteur touristique.

Ainsi, dans les années 80 à 2000, on a vu par exemple une importante part de la clientèle traditionnelle toulousaine « de proximité » délaisser la Côte Vermeille, au profit du Pays Basque. Depuis, elle n’est jamais revenue, que ce soit à Collioure ou, justement, à Argelès-sur-Mer. Quand aux Catalans espagnols, il y a belle lurette qu’ils ne séjournent plus « en masse » en Roussillon – à l’exception des week-ends religieux -, à cause de leur pouvoir d’achat en berne. Il est loin le temps où, dans les années 90, le directeur de l’hypermarché Auchan de Perpignan positionnait une caisse sur deux en langue catalane, tellement les Catalans espagnols débarquaient en quantité dans les P-O.

Aussi, on ne peut que se féliciter de ce changement de cap promotionnel de l’actuelle municipalité d’Antoine Parra pour sensibiliser les Françaises et les Français à revenir goûter aux charmes du Roussillon, et plus particulièrement d’Argelès-sur-Mer-La-Naturelle.

Photo prise hier à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme (@FC)