Ce soir, sur France 3, à 20 h 35, Christophe Malavoy joue le rôle du préfet Bonnet, le successeur du préfet Erignac devenu célèbre avec l’affaire des paillotes… Le téléfilm est de Daniel Vigne.
Puis suivra un débat, en direct, sur le plateau de Frédéric Taddéi, avec : Garbarini, l’avocat des nationalistes et d’Yvan Colonna, Caviglioli du magazine Le Nouvel Observateur (Qui a rédigé le scénario du téléfilm…), et Ariane Chemin du quotidien Le Monde (Qui a conduit la meute médiatique de son journal entièrement à charge contre le préfet Bonnet dans cette affaire des paillotes…).
Bref, on ne devrait pas s’ennuyer, ce soir dans l’émission de Taddéi… Tout en regrettant que Bernard Bonnet, qui sera présent sur le plateau, soit ainsi « jeté » dans la fosse aux lions médiatiques sans équilibre dans la parole distribuée et diffusée. Mais il y a si longtemps, maintenant, que la télé publique nous a habitué à ce genre de situation « entièrement à charge »…
Samedi dernier encore, chez Ruquier, sur France 2, on a vu la journaliste Audrey Pulvar, compagne d’Arnaud Montebourg, candidat aux primaires socialistes pour la présidentielle de 2012, interviewer… Ségolène Royal, candidate elle aussi comme chacun sait – sauf visiblement la bande à Ruquier et la direction de la chaîne publique ? – à ces élections primaires socialiste. Où est la déontologie du journaliste dans tout cela ?