(Photo de gauche à droite) Pierre Taurinya, vice-président délégué aux Finances, Bruno Valiente, 1er vice-président, et Fernand Roig, président du SYDETOM’66 

 

Ce jeudi 18 mars 2021, les délégués du Comité syndical du Syndicat départemental de transport et de traitement des ordures ménagères des Pyrénées-Orientales – SYDETOM’66 – se sont réunis à Calce. 27 élus étaient présents ou représentés (9 étaient excusés)

 

Le président Fernand Roig a demandé à Bruno Valiente, maire de Calce et 1er vice-président du SYDETOM’66, d’ouvrir la séance du Comité syndical. L’édile de Calce a précisé que, « certes cette délocalisation était justifiée par la nécessité de respecter les distanciations sanitaires vu le manque d’espace dans la salle habituelle au siège du syndicat, mais qu’elle avait aussi vocation à se répéter sur le territoire départemental ».
Après l’approbation à l’unanimité du procès-verbal du comité syndical du 28 janvier 2021, le président Fernand Roig a demandé, en préambule, à prendre la parole pour délivrer à l’assemblée deux informations récentes ; la première sur un incendie qui est survenu le 7 mars dernier au quai de transfert de Perpignan, dans la fosse des déchets industriels (DIB) ; et la deuxième sur la notification prochaine du nouveau propriétaire la Société CYDEL, délégataire l’UTVE (Usine de Traitement à Valorisation Energétique).
Ensuite, Pierre Taurinya, vice-président délégué aux Finances, a présenté le Compte Administratif 2020, le Budget Général 2021 ainsi que les Budgets annexes sur le traitement des boues de STEP et de la chaleur haute température.

Tous les budgets ont été votés à l’unanimité

A cette occasion, plusieurs délégués ont sollicité les élus du Bureau pour que soient organisées au sein des Communautés de Communes et de la Communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM) des réunions d’information sur le fonctionnement et les enjeux du SYDETOM’66, ce à quoi le président a répondu très favorablement.

A l’issue du vote de ce Budget dans un contexte difficile depuis son élection, le Fernand Roig a d’ailleurs souhaité faire une déclaration sur son intention de quitter ses fonctions avant la fin du mandat tout en programmant sa succession. Ainsi, il a déclaré :

-« Je vous remercie pour ce vote positif empreint de bon sens.
Nous allons, tous ensemble, pouvoir travailler dans une plus grande sérénité, aller de l’avant, rénover les structures du syndicat. Son statut doit évoluer, son mode de fonctionnement actualisé avec notamment la mise en place de la tarification par flux, l’implication plus grande des élus. Le mode de financement doit être pérennisé, il doit évoluer et s’adapter aux évolutions constantes qu’impose l’écologie moderne.
Je l’avais promis lors des dernières élections. Je n’avais pas pu le faire lors du mandat précédent, j’en étais conscient et c’est la raison pour laquelle je me suis porté candidat, malgré les oppositions de ma famille. Je souhaitais provoquer un électrochoc, accepter la critique, rénover la structure, le mode de fonctionnement avant de préparer ma succession.
Ma feuille de route est toute tracée, dès que j’aurai des garanties de bon fonctionnement, dès que le calme sera revenu, je m’éclipserai, sans révolution de Palais, conscient d’avoir bien œuvré, d’avoir mis en place avec le concours de vous tous un syndicat pérenne, toujours envié en France par la qualité de ses structures.
Je vous remercie. »

 

Le Comité syndical s’est conclu avec la présentation par les vice-présidents, de la convention tripartite PMM/ COVED/ SYDETOM’66 sur l’utilisation de la fosse DIB du quai de transfert de Perpignan par Joseph Silvestre ; du règlement de reversement partiel des soutiens CITEO aux collectivités selon la définition des performances et objectifs pour l’année 2021 par Nicolas Barthe ; de la convention avec OCAD3E par Jacques Barthes ; et avec la présentation du projet d’acquisition d’un terrain pour la construction de la plateforme de déchets verts de Ur par Jean-Marie Aris.