Quelque part, dans un village dont le nom se termine en queue de poisson, ou plutôt en cours d’eau, hier matin…

 

-La plupart des temps, je reste informé, peut-être même un zeste de trop…

  • « Tu veux parler de quoi ? »

-Habitant à l’écart du village, je n’ai pas toujours tous les aboutissants des règles imposées par le COVID-19…

  • « A propos de quoi ? »

-Laisse-moi t’expliquer. Ne me coupe pas la parole à chaque fois ! En cette fin d’après-midi, je vais à la Presse du village et, pour une fois, je tente de me garer aux écoles bien avant la sortie des classes… Oh !, surprise : aucune place disponible sur le parking principal. Impossible d’y accéder. Il y avait des barrières avec des rubans pour en interdire l’accès…

  • « Ils avaient trouvé une bombe oubliée de la Seconde Guerre mondiale ? »

-Je me renseigne auprès des riverains et du patron de la Presse : « Non, non, ce n’est pas le COVID » ; car moi j’ai immédiatement pensé à ça avec le protocole gouvernemental qui en découle. Ben non, non et non ! Et comme il n’y avait pas non plus ni travaux ni chantier ni intervention sanitaire dans les parages, j’ai posé la question en essayant d’avoir l’air le moins possible idiot… mais alors qu’est-ce que c’est ? Et l’on m’a répondu de concert : « C’est le plan Vigipirate » ! Que j’avais oublié, très loin de ma mémoire… Il ne manquait que lui pour m’emmerder !

  • « C’est vrai qu’à la fin tout cela devient usant. Je compatis ».