2 500 personnes qui envahissent le territoire d’une commune d’à peine 800 habitants, défiant les lois et le couvre-feu de la crise sanitaire COVID-19… et les autorités locales voudraient nous faire gober qu’elles n’ont rien vu venir ? C’est tout simplement hallucinant !

On apprend par les médias que les teufeurs ont blessé trois gendarmes, incendié un véhicule de la gendarmerie, mais en aucun moment on ne nous précise s’il y a eu des interpellations, si tous ces « clandestins » ont pu repartir chez eux tranquillement, sans être inquiétés par une convocation devant un tribunal ou le paiement d’une amende, etc.-etc.

Si personne n’a été sanctionné, à quoi bon désormais respecter les lois, autant en appeler à la désobéissance civile. Allez-y, c’est open-bar !

Comment, maintenant, dans ces conditions, le Gouvernement va-t-il justifier la prolongation au-delà du 7 janvier prochain de la fermeture des théâtres, des cinéma, des lieux de Culture (…), s’il ne poursuit pas ces quelque 2 500 teufeurs irresponsables ? Imaginons le désastre à venir si parmi eux certains étaient porteurs du coronavirus (COVID-19)…

Relevé sur les réseaux sociaux : « Alors que l’on vient pas plus tard qu’hier encore, nous menacer de la présence de 100 000 gendarmes- policiers  et d’une répression sans précédent… des voitures ont encore brulé cette nuit et des rassemblements type évènementiel ont pu avoir lieu dans des épaisses fumées à fortes odeurs canabidioles ! Et pendant ce temps le Président Macron présente des voeux dans un pathos à faire pleurer dans les chaumières… Bravo pourvu que cela dure… jusqu’en 2022 ».

 

L.M.

 

La maire de Lieuron voudrait nous faire croire  qu’elle n’a (presque) rien vu… ou entendu ? En tout cas qu’elle a été « impuissante » face à cette rave-party illégale (Capture d’écran BFMTV).