Ce sont les communes de La Baule et Pornichet situées sur le littoral atlantique qui pourraient donner le coup d’envoi de la réouverture des plages en étant les premières autorisées à le faire, hier, par le préfet de Loire-Atlantique.

L’arrêté préfectoral daté d’hier, et qui entrerait en vigueur dès ce weekend, stipule cependant : « Toute présence statique, assise ou allongée, est interdite, ainsi que la pratique du pique-nique », sur ces plages.

L’arrêté poursuit concernant les plages de La Baule et de Pornichet : « les regroupements de plus de dix personnes, les activités physiques collectives, les pratiques festives et la consommation d’alcool sont également interdites », ainsi naturellement il en va de soi que les barbecues.

 

Des plages du littoral français pourraient donc être accessibles pour des promenades ou du sport, sous réserve de l’acceptation des dossiers présentés par les municipalités. Hier, à l’exception de la commune de Collioure dont le maire intérimaire le docteur Jacques Manya n’y est pas favorable, les communes du littoral roussillonnais (ainsi que Elne et Villeneuve-de-la-Raho) ont soumis en audioconférence au préfet des P-O, Philippe Chopin, un protocole pour l’ouverture des plages. C’est le maire du Barcarès, Alain Ferrand (LR/ Les Républicains), par ailleurs vice-président de la métropole Perpignan-Méditerranée, qui a pris la tête de cette initiative en saisissant, par écrit, le représentant de l’Etat dans le département, charte de bonne conduite sur les plages à l’appui.

En attendant la réponse imminente de Philippe Chopin, les élus ont été unanimes pour constater que le couple « préfet-maires » fonctionne plutôt bien dans les P-O.

Après les forêts et les bois, des plages du littoral français, de la Méditerranée à la mer du Nord en passant par l’Atlantique, pourraient rouvrir dès ce weekend pour des promenades ou du sport, « sous réserve de l’acceptation des dossiers présentés par les municipalités », ont annoncé plusieurs préfets.
Plusieurs maires demandaient en effet la réouverture des plages, fermées depuis le confinement imposé pour la lutte contre l’épidémie de coronavirus, pour permettre aux riverains de faire de l’exercice. Le ministère de l’Intérieur avait annoncé jeudi des possibilités au « cas pour cas », également pour les lacs (Villeneuve-de-la-Raho et Le Barcarès sont notamment concernées dans les P-O et en ont fait la demande).