(Communiqué)

 

« Allongement du délai de l’IVG : la majorité parlementaire bafoue l’esprit de la loi Veil

Ce mardi 30 novembre, l’Assemblée nationale a voté pour l’extension à quatorze semaines, au lieu de douze semaines précédemment, du délai légal pour pratiquer une interruption volontaire de grossesse (IVG).
Malgré les interventions et les amendements des députés du Rassemblement National, la majorité parlementaire a fait le choix de bafouer l’esprit de la loi Veil instituant le droit à l’avortement. L’acte d’interruption volontaire de grossesse change désormais de nature avec des conséquences qui peuvent être lourdes et dangereuses pour la femme. Il est paradoxal d’allonger le délai légal de recours à l’IVG alors qu’aujourd’hui de nombreuses femmes ne parviennent pas à avorter dans les délais légaux faute de moyens nécessaires donnés aux hôpitaux.
Le délai de quarante-huit heures entre l’entretien psychosocial et le recueil de consentement à une IVG a également été supprimé, marquant ainsi une atteinte à la liberté de réflexion des femmes.
C’est pourquoi, avec ses collègues du Rassemblement National, Catherine Pujol est intervenue lors du débat dans l’hémicycle pour s’opposer à ce texte qui remet en cause l’équilibre de la loi Veil ».