Comme pour le déplacement du « Marché d’été des artisans » – et tant d’autres sujets tabous à venir – le maire d’Argelès-sur-Mer, Antoine Parra, au fil des séances publiques du Conseil municipal, est en train de revoir sa copie

C’est ainsi qu’il va devoir annoncer publiquement la naissance imminente d’un nouveau transport urbain sur la commune… Il sera intéressant de voir comment il compte s’y prendre pour présenter la chôôôse dans l’opinion publique argelésienne.

Va-t-il nous nous dire qu’en mettant en place ce nouveau service de transport public urbain, il répond ainsi à une vraie attente des Argelésiens ? Antoine Parra en est capable. Mais la raison ne serait-elle pas plutôt ailleurs ? Langue au pangolin.

Bon, en attendant, on vous le confirme : la commune transportera les gens par mini-bus d’un point A à un point B, à la différence du petit train touristique, qui propose une balade et revient au point de départ. S’il vous plait, ne souriez pas, c’est le maire en personne qui l’a déclaré lors du dernier Conseil municipal. Authentique. Vé-ri-di-que ! L’Opposition municipale, celle qui n’en finit plus de jouer les trouble-fêtes en alertant l’Administration, etc.-etc., n’y est strictement pour rien. C’est Monsieur Le maire qui a décidé tout seul, l’idée est de lui. On vous le jure.

Les tracés de ce nouveau transport public urbain seront donc différents de l’itinéraire du Trainbus. Le coût de l’opération serai estimé entre 350 000 et 450 000 € – chiffres communiqués par Monsieur Le maire -, ce qui, soit dit en passant, inclut la location de matériel et le salaire des chauffeurs. Pour le carburant, aucune précision : essence SP 95, diésel, électrique, hybride, solaire, éolien, nucléaire, topinambour, colza… ?