Une fois de plus, et toujours à la veille de la saison estivale, l’avenir du maintien (ou pas) de l’emblématique Petit-Train touristique (société TrainBus), mais qui fonctionne à l’année – plus précisément en gros d’avril à décembre – entre village, plage et les écarts sur le territoire de la commune d’Argelès-sur-Mer,  revient sur le tapis municipal. Son sort pourrait en être jeté dès le mardi qui vient, il serait même déjà plus ou moins acté (de source généralement bien informée mais non autorisée). Ce qui fait dire à certains, et que la rumeur publique charrie depuis maintenant quelques jours, « Que les jeux seraient courus d’avance ». Mais alors, dans quel sens ?

 

L’été, à Argelès-sur-Mer, un quart des touristes se déplacent avec le « Petit-Train » (@rchives TrainBus)

 

Replantons le décor : la commune d’Argelès-sur-Mer est traversée, irriguée, au niveau des transports en commun par trois modes de mobilité, dont la Municipalité exerce les compétences d’Autorité Organisatrice en matière de services de transport routier de touristes, réguliers et transport scolaire au sens du Code des transports : les bus scolaires, les autocars qui assurent une liaison urbaine intra-muros (deux mini-bus électriques actuellement pour un coût de fonctionnement qui s’élèverait à 760 000€ en 2022) et le TrainBus (communément appelé par les autochtones et les touristes « Petit-Train »).

Les deux premiers modes de transports, « scolaire » et « urbain », sont déficitaires. Seul le « Petit-Train », fondé par la famille Elalouf il y a maintenant trois grosses décennies, est rentable.

Malgré nos sollicitations, la société TrainBus n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Toutefois, on sait grâce aux professionnels locaux que plus de 90% des contrats de TrainBus sont passés avec le secteur privé, l’hôtellerie de plein air essentiellement. Il reste encore dans la station balnéaire d’Argelès-sur-Mer une cinquantaine de campings. TrainBus emploi en haute saison estivale une centaine de salariés, jusqu’à 109 très exactement. Une récente étude a permis d’évaluer qu’en été, un quart des personnes qui se déplacent dans la station utilisent le fameux Petit-Train. Quand on sait qu’à cette époque de l’année la population d’Argelès-sur-Mer frôle les 200 000 habitants…

L’originalité de TrainBus – devenu leader mondial dans son segment – c’est que les prestations sont financées majoritairement par les hébergeurs, les activités de loisirs… avec des entreprises très impliquées. Du coup, cette dynamique n’a aucun coût pour la Municipalité, contrairement à ce que l’ont peut constater, ailleurs sur les façades atlantique et méditerranéenne, dans d’autres stations balnéaires et autres villes touristiques.

Keolis a candidaté pour récupérer le marché…

La Municipalité d’Antoine Parra a donc décidé de lancer le marché de transport public, avec un cahier des charges qui s’étire sur quarante pages. La date d’effet du présent marché est fixée au 4 avril 2022 (sous réserve des autorisations administratives nécessaires) et jusqu’au 31 décembre 2022, sous réserve que ledit Marché ait bien été préalablement notifié au Titulaire par l’Autorité organisatrice. Le marché n’est pas reconductible et sa date de fin de validité administrative est fixée au 13 janvier 2023.

C’est donc dans la semaine qui court du 21 au 27 mars prochain que l’on devrait connaître le nom du prochain transporteur « estival » argelésien.

Contre toute-attente, il semblerait, un géant du secteur, Keolis – Qui se définit comme « plus qu’un simple opérateur de transport du quotidien, un des leaders mondiaux de la mobilité partagée »* -, a posé sa candidature au tout-dernier moment, en fin de semaine dernière.

C’est à partir de ce moment-là que le doute s’est installé dans une partie de l’opinion publique et que la rumeur a squatté le terrain, en attendant le mardi 22 mars… pour connaître le casting et, surtout, le contenu des propositions.

Tout devrait aller très vite maintenant avec, dans cette précipitation, selon le choix qui sera retenu, entériné, le risque d’une absence dès cet été du Petit-Train dans la carte postale magique d’Argelès-sur-Mer, ce qui pourrait arriver bien plus vite que le tégévé !

D’un avis unanime recueilli dans la station : effacer l’emblématique Petit-Train du paysage environnemental argelésien « serait une décision lourde de conséquences pour l’économie touristique locale ».

 

L.M.

 

*Keolis en chiffres : 68 000 collaborateurs (dont 37 700 en France), un chiffre d’affaires annuel de 6,3 milliards d’€uros, plus de 1 000 lignes et 27 réseaux de tramway, 15 réseaux ferroviaires régionaux (avec plus de 5 000 km de lignes, 30 000 vélos en location (en France et aux Pays-Bas), 450 km de lignes de métro (dont 330 km automatiques)…