S’il y en a un qui ce jour – vendredi 18 mars 2022 – peut se frotter les mains, c’est bien : Antoine Parra, maire d’Argelès-sur-Mer et président de la communauté de communes Albères – Côte Vermeille – Illibéris (CC-ACVI)…

 

Ce matin, comme la rédaction de Ouillade.eu l’a annoncé en premier à l’aurore, ou plutôt comme nous l’avions pronostiqué, plus sérieusement envisagé, lors de la réunion du comité de gestion du Parc Marin Naturel du Golfe du Lion qui se tenait à Argelès-sur-Mer, Didier Codorniou, maire de Gruissan (Le Grand Narbonne dans le département de l’Aude), 1er vice-président de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, président du Parlement de la mer Méditerranée (version toulouso-montpelliéraine) est venu en quelque sorte remettre les pendules à l’heure en officialisant la position de la collectivité territoriale : « Oui, la Région accompagnera bien le projet d’extension du port d’Argelès-sur-Mer », si cher à Antoine Parra… et si « chers » aux contribuables !

Rappelons ici que la semaine dernière, pourtant, au micro de France Bleu Roussillon, Christophe Manas, maire de Corneilla-del-Vercol, conseiller régional (dans l’équipe de la présidente Carole Delga), avait annoncé la main sur le coeur, sans la moindre ambiguïté dans son propos, que « la Région ne mettrait pas un centime dans ce projet » ; une extension programmée de 250 anneaux, très controversée, tant par les riverains et les associations de défense de l’environnement, ainsi qu’au sein de la propre majorité municipale du maire Antoine Parra dans laquelle des élus se sont d’ailleurs désolidarisés en votant contre. Un adjoint, Bernard Ducassy, a même rendu ses délégations pour manifester plus bruyamment encore son désaccord.

Reste l’épisode, ou plutôt ce qu’il convient désormais d’appeler « l’affaire Manas » : au nom de qui, au nom de quoi, s’est-il exprimé face à la rédaction de France Bleu Roussillon ? Qui lui a soufflé une telle initiative ? S’en était-il entretenu auparavant avec la Présidente Delga ? Est-il tombé (à pieds joints en l’occurrence) dans un piège politique ? En d’autres termes : qu’est-il venu faire dans cette galère argelésienne, lui dont la commune est partie prenante dans un autre territoire communautaire, celui de Sud-Roussillon* ?

Ce sont là autant de questions qui interpellent concernant le fonctionnement de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée en Pays catalan, tant il serait trop simpliste de résumer la situation à « un simple cafouillage ».

 

L.M.

 

*Sud-Roussillon, c’est une communauté de communes créée le 31 décembre 1992, peuplée d’environ 24 000 habitants, présidée par Thierry Del Poso, maire de Saint-Cyprien, et qui est composée de six communes : Alénya, Corneilla-del-Vercol, Latour-Bas-Elne, Montescot, Saint-Cyprien et Théza.