La Guerre civile espagnole qui oppose républicains et franquistes débute en 1936 et s’achève par la défaite du camp républicain en avril 1939. En janvier 1939, la chute de la Catalogne provoque un exode sans précédent. Près d’un demi-million de personnes franchissent la frontière des Pyrénées dans de terribles conditions. Dans  l’urgence et face à cet afflux exceptionnel de population – ou Retirada – les autorités françaises évacuent femmes, enfants et personnes âgées vers l’intérieur de la France. Les hommes et quelques groupes de femmes et d’enfants sont « parqués » dans des camps d’internement montés à la hâte sur les plages du Roussillon par les réfugiés eux-mêmes, utilisés comme main d’œuvre.

Le camp d’Argelès-sur-Mer a été le premier à «  accueillir » des réfugiés. Mais devant leur nombre considérable, les autorités françaises ont été amenées à ouvrir sur le même modèle, c’est à dire sur le sable des plages, les camps de Saint Cyprien et du Barcarès.

 

Pour la première fois, les 3 camps sur le sable du Roussillon font l’objet d’une exposition commune dans le Mémorial d’Argelès-sur-Mer, à Valmy .

 

Cette exposition temporaire, présentée du 20 février au 30 juin, propose des photos inédites des 3 camps issues du fonds documentaire donné au Mémorial par la famille du commandant Couderc, militaire de réserve en charge de la gestion des camps dans les Pyrénées-Orientales, commandant du camp d’Argelès-sur-Mer de 1939 à 1942.

 

Ouvert du mardi au samedi de 14 h à 18 h.

Entrée gratuite.