Depuis plusieurs jours, une insistante rumeur, relayée par les réseaux sociaux et la bêtise humaine, cible deux grands campings d’Argelès-sur-Mer comme étant des clusters infectés du COVID-19 (coronavirus), il y aurait même une personne décédée dans l’un de ces deux établissements touristiques…

Or, tout cela est faux. Il s’agit de fake news comme trop souvent les internautes hélas s’en délectent, en raffolent, propageant ce qu’ils croient être une « bonne » nouvelle pour alerter l’opinion… et faire le buzz ! Sauf qu’en agissant ainsi, ces pseudos-lanceurs d’alerte sous-estiment gravement les conséquences économiques, sociales et humaines de leur faux propos. Car derrière il y a des entreprises, des emplois, toute une économie touristique liée à un secteur, l’hôtellerie de plein air en l’occurrence, sur laquelle repose l’essentiel, ou presque, de l’attractivité de la commune d’Argelès-sur-Mer, locomotive de la 2e intercommunalité du département, immédiatement après la métropole Perpignan-Méditerranée.

Les deux campings sont ouverts, ils fonctionnent tout à fait normalement aujourd’hui, certes avec un taux de remplissage nettement en recul par rapport à la même époque l’année dernière, mais entre temps, c’est une lapalissade, la crise sanitaire et les conséquences du confinement sont passées par là.

Le premier camping touché par la rumeur n’avait pas encore ouvert ses portes quand celle-ci l’a étiqueté comme un cluster du COVID-19 (coronavirus). Le second camping était partiellement en travaux quand une fake news l’a également annoncé comme « fermé pour cause de cluster du COVID-19 ». Depuis, tout cela est allé très vite, la rumeur enflant pour enflammer la toile. Ridicule et stupide. Aucun cas de COVID-19 n’a été déclaré, recensé.

Le pire dans cette histoire, c’est que les autorités locales ont manqué de réactivité, elles ont fait preuve de négligence au travers d’une incroyable absence de décision.

Dans cette période particulièrement compliquée liée à la crise sanitaire, la moindre des choses aurait été que les autorités publient pour le moins un communiqué, ou qu’elles organisent une conférence de presse, d’abord pour rassurer la population et les touristes, ensuite pour aider et accompagner les professionnels de l’hôtellerie de plein air déjà suffisamment impactés par la crise sanitaire du COVID-19 (coronavirus).