A l’issue d’une réunion, à Argelès-sur-Mer, du conseil d’administration du Parc Marin Naturel du Golfe du Lion, programmée pour ce vendredi 18 mars 2022, à partir de 9H ce matin, le maire de Corneilla-del-Vercol et conseiller régional (dans la Majorité de Carole Delga), Christophe Manas, pourrait bien se retrouver dans une situation géopolitique des plus inconfortables…

 

La semaine dernière, interviewé par la rédaction de la radio publique France Bleu Roussillon, Christophe Manas (Radical de Gauche) – contre toute attente – avait affirmé au micro que la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée « ne mettrait pas 1 centime » dans le projet localement très controversé d’agrandissement du port d’Argelès-sur-Mer.

Un projet rejeté massivement par les riverains, les écologistes et nombre d’élus locaux, à tel point que deux conseillers municipaux issus de la Majorité municipale d’Antoine Parra – dont un adjoint, Bernard Ducassy qui a carrément démissionné de ses fonctions – ont voté contre, avec l’Opposition municipale.

Or, de source généralement bien informée, mais non autorisée, il semblerait que ce matin, lors du comité du Parc Marin Naturel du Golfe du Lion, Didier Codorniou – 1er vice-président de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, maire de Gruissan (Le Grand Narbonne dans le département de l’Aude), qui est la voix (et l’oreille) de la présidente Carole Delga (PS) -, pourrait officialiser un tout autre discours, inversement aux propos tenus sur les ondes par Christophe Manas, lequel serait donc désavoué par « LA » voix…

Au final, la Région serait donc prête à financer pour partie le projet d’extension du port d’Argelès-sur-Mer. Un projet évalué à 47 millions d’€ (Hors taxes), désavoué par de nombreux détracteurs, à commencer par les associations de protection de l’environnement qui, unanimement, le jugent « obsolète », voire « désastreux et dangereux pour l’emblématique plage du Racou et ses paysages »

Si l’information était confirmée à l’issue dudit Comité, ce serait en premier lieu une belle et grande victoire pour le projet porté par Antoine Parra, par ailleurs président de la communauté de communes Albères – Côte Vermeille – Illibéris (CC-ACVI)… et surtout un désaveu retentissant pour le maire de Corneilla-del-Vercol lequel, pourtant, il y a quelques jours encore, était présenté comme « LE » personnage-clé dans le dispositif de Carole Delga sur le sol roussillonnais.

A suivre.

 

L.M.