Il y a fort longtemps qu’un tel ouvrage*, aussi passionnant, empoignant, captivant, parce que fort documenté tant dans les textes que dans les illustrations, consacré à un pan important de l’histoire du Roussillon par le biais d’une des 226 communes qui composent le territoire des Pyrénées-Orientales, n’était sorti des presses du département

 

 

Ancien journaliste à L’Indépendant, ex élu de la Ville d’Argelès-sur-Mer, Bernard Rieu, passionné d’art, de culture, d’histoire et de patrimoine, même si au premier regard tout cela parait à l’évidence s’entremêler, s’entrecroiser, s’imbriquer, a une marotte : Argelers-de-la-Marenda**, le lieu de toutes ses vies : son village (devenu ville aujourd’hui), ses plages, sa famille, ses amis, son cadre environnemental, ses passions, etc.-etc.

Pour toutes ces raisons, tout être humain amoureux d’Argelès-sur-Mer, qu’il y vive ou qu’il y vienne en vacances, devrait avoir cet ouvrage chez lui, à portée de mains lors des repas familiaux ou amicaux, en vitrine dans une armoire, un buffet, un bahut de salle-à-manger, dans un vaisselier entre deux livres de cuisine, ou en guise de livre de chevet.

Sur près de 150 pages distribuées à la façon « format album de famille », l’auteur nous invite à (re)découvrir le patrimoine argelésien. Pas à le revisiter ! Mais bien à le retrouver. La nuance est forte et elle a ici tout son sens.

C’est un patrimoine d’exception qui s’ouvre dans chaque page, un patrimoine riche mais, jusqu’ici, tenu à l’écart des flots touristiques et c’est tant mieux ainsi.

Au travers de témoignages photographiques, d’anecdotes, de récits historiques, de souvenirs impérissables, Bernard Rieu se révèle être une source intarissable ; il nous entraîne dans un Argelès secret indétectable dans les guides, il nous fait randonner dans des escapades diverses et variées, qu’il s’agisse de la nature – comme dans la forêt de La Massane rendue encore plus célèbre depuis son classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO, en juillet 2021 -, d’anciennes « forteresses »… à chaque fois il nous embarque dans une sorte de croisière pour nous faire vivre, à ses côtés, sa passion pour la Culture et l’Histoire.

Tous ces coups de projecteur sur l’immensité d’un territoire communal – avec 5 867 hectares très exactement, Argelès-sur-Mer est la 7e commune la plus étendue des 226 communes des P-O*** -, allument au fil de la lecture un sentiment de dépaysement, tournent les pages d’un carnet de voyage dans le temps… Il est question de vieilles pierres, de demeures étonnantes, de paradis verts, de paysages littéraires, de jardins extraordinaires, de personnages inattendus…

En ce début d’année, Bernard Rieu, tel un magicien (mais rassurez-vous avec les pieds solidement ancrés dans le Pays catalan), nous offre une parenthèse culturelle enchantée, entre Pyrénées et Méditerranée, entre Albères et Bocal-du-Tech, de Taxo au Racou, il nous propose là une balade des plus agréables pour remonter l’Histoire, « notre » histoire argelésienne, sans mettre à l’épreuve nos mollets, simplement en apportant fraîcheur et lumière entre nos oreilles. Un marque-page al dente !

L.M.

 

*Argelès-sur-Mer, des Pyrénées à la Méditerranée, un territoire dans l’Histoire », par Bernard Rieu, préfacé par Antoine Parra (maire d’Argelès-sur-Mer et président de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris/ CC-ACVI), publié aux éditions Trabucaire

**Argelès-sur-Mer en langue catalane.

***Après Prats-de-Mollo-la-Preste (14 509 hectares), Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes (8 787 ha.), Mosset (7 192 ha.), Salses-le-Château (7 128 ha.), Perpignan (6 807 ha.) et Fontpédrouse (6 350 ha.).