(photo : Stéphan RIZON et Julien GALLOS dit « Juju », créateur de La Nouvelle Vague)

 

Auteur-compositeur-interprète français, vainqueur de la 1re saison de « The Voice » (TF1), en 2012, Stéphan RIZON se produira ce mardi 6 août, en soirée, au restaurant-club de plage La Nouvelle Vague, situé plage-nord à Argelès-sur-Mer (face au centre commercial Costa Blanca où se trouve la discothèque Pot’Chic).

+ d’infos en appelant le : 06 20 57 27 64

 

 

Ouillade.eu : Sept ans après votre victoire lors de la première édition de l’émission télévisée (TF1) « The Voice La plus belle voix », que reste-t-il de ce grand moment ?

Stéphan RIZON : « Des souvenirs impérissables. Je pense là notamment aux duos avec Johnny HALLYDAY, Florent PAGNY… une interprétation face à Charles AZNAVOUR… et en suivant la sortie de mon 1er album qui s’est écoulé à 40 000 exemplaires ».

Ouillade.eu : Reste-t-il des complicités amicales avec d’autres candidats ?

Stéphan RIZON : « Complètement. Les contacts que nous avons noué ensemble sont restés indéfectibles, ils sont devenus des liens au fil du temps. Nous continuons à nous voir, nous avons gardé un bon contact ».

Ouillade.eu : Vous diriez que pour vous c’est là que tout a commencé ?

Stéphan RIZON : « Je ne sais pas. Aux yeux du public certainement, en tout cas. Mon parcours a commencé avant l’émission. Il y a eu d’abord ma rencontre avec Francis CABREL, puis ma participation aux 25e « Rencontres d’Astaffort », dont je suis sorti lauréat, ma victoire au concours de chant national de la « Truffe d’argent » organisé à Périgueux en 2007 par France Bleu, il y a eu aussi le Zénith de Rouen… Mais c’est vrai, pour le public, c’est « The Voice » qui en quelque sorte m’auréole ».

Ouillade.eu : « Hormis justement Francis CABREL, que l’on peut considérer quelque part comme votre mentor, quelle a été votre plus belle rencontre da le métier ?

Stéphan RIZON : « Avec Johnny HALLYDAY et Charles AZNAVOUR, évidemment. Avec Johnny HALLYDAY je me souviens de notre première rencontre. Que d’émotion ! Il est arrivé sur le plateau de télévision avec son équipe, entouré de son staff, et moi je me suis aussitôt mis à l’écart, tellement j’étais impressionné. Il me voit, il m’appelle, il me fait signe de le rejoindre, puis il me demande de l’accompagner jusqu’à sa loge. Et là, je pense qu’il a voulu me jauger avant notre duo, il a voulu entendre le son de ma voix. La rencontre avec Charles AZNAVOUR a été également pour moi un très grand moment, je n’oublierai jamais les belles paroles qu’il a eu pour moi, elles m’accompagnent souvent quand je monte sur scène ».

Ouillade.eu : Aujourd’hui, où en êtes-vous ?

Stéphan RIZON : « Je me produits un peu partout dans le monde. J’étais à Shangaï, Pékin, aux îles Maldives… J’irai à Prague le mois prochain. Je compose, j’ai une vie assez remplie, ça va bien ».

Ouillade.eu : Y’a-t-il un projet artistique qui vous tient particulièrement à cœur ?

Stéphan RIZON : « C’est de réussir la soirée de ce soir à La Nouvelle Vague ! Je serai accompagné d’un pianiste formidable, Marc-Olivier POINGT, qui est un véritable prodige du piano. Sinon bien sûr c’est la sortie de mon 2e album ».

Ouillade.eu : Ce soir donc, vous chanterez à La Nouvelle Vague de Juju GALLOS, situé sur la plage-nord d’Argelès-sur-Mer, ce sont-là des moments importants pour vous ?

Stéphan RIZON : « C’est un exercice singulier, car la rencontre avec Julien GALLOS est singulière. Ce sont des amis qui me l’ont présenté, des amis argelésiens qui m’avaient invité à son restaurant sur la plage, le feeling est passé dès cette première rencontre, d’où l’idée de ce récital insolite ce soir, les pieds dans l’eau ! Pendant un peu plus d’une heure, je vais interpréter quelques reprises de mes textes et des standards ».

Ouillade.eu : Connaissiez-vous Argelès-sur-Mer auparavant ?

Stéphan RIZON : « Oui, j’y étais venu à plusieurs reprises, grâce notamment à ces amis dont les parents tiennent le Domaine Saint-Thomas où j’ai eu l’opportunité d’être invité régulièrement ».

Ouillade.eu : Quelle est la chanson française que vous auriez aimé écrire ?

Stéphan RIZON : « Ne me quitte pas » ! Sans hésitation. Elle a été interprétée dans le monde entier, dans toutes les langues, par les plus grands noms de la chanson… Je pense notamment à une version extra-ordinaire, que personnellement je place au-dessus de toutes, c’est celle de Nina SIMONE. Nina SIMONE nous emmène au bout du monde avec son interprétation, magistrale, elle donne du relief à chaque mot. Elle est sublime ».

Ouillade.eu : Etes-vous fan de rugby, car il y a eu des rencontres mémorables entre Agen, où vous êtes né, et Perpignan, berceau du club l’USAP ?

Stéphan RIZON : « Je suis allé au stade assister à quelques matches de rugby, mais vu ma taille je suis plutôt porté vers le basket (NDLR, il éclate de rire) ».

 

La Rédaction de Ouillade.eu