Damien et Joffrey Aragon, deux sympathiques frères en terrasse… de « La Terrasse » (les masques ont été remis de suite après la « tof »… Pensez toujours à respecter les gestes barrières)

 

 

« Le Solazo » change de mains pour tomber dans l’escarcelle du Catalan Joffrey Aragon

 

Masqués par le COVID-19, ci-dessus… et démasqués le temps de clic-clac merci Kodak ci-dessous !

Dorian, le pizzaïolo (vêtu de blanc sur la photo), Najib le chef-cuisinier (à sa gauche), Patrick le second de cuisine, Charlène la responsable de salle, Louise et Julien les chefs de rang, Morgane à la plonge, Rémi aux « galetas » – une équipe jeune, dynamique, professionnelle et très sympathique, qui va devoir relever l’un des plus beaux défis de la saison estivale 2021 dans la station !

 

 

En quelques années, cet enfant du pays, qui s’est construit professionnellement au fil des saisons en observant de très près l’activité touristique de la station balnéaire, a bâti un sympathique et enviable empire commercial dans un périmètre mouchoir-de-poche, entre rond-point d’Arrivée et esplanade Charles-Trenet, autant dire en plein coeur de l’agitation estivale de « los Argeles »

Tout juste trentenaire, aux yeux couleur menthe-à-l’eau inoubliables au premier regard, aux dents aussi longues que celle de la mâchoire du célèbre croco qui ripoline ses polos, Joffrey Aragon est un tendre dans la vie, mais surtout un bizness man inventif, toujours à l’affût d’une idée supplémentaire, complémentaire.

Il est capable d’aller plonger sur la Costa Brava en moins de 2, du côté de Roses ou de Cadaqués, de prendre de l’altitude en Alt Empordà le temps d’une pause-Nespresso, pour dénicher l’ultime tendance qui va lui permettre de mettre du beurre dans les épinards, mais ce ne sera ni perso pour s’en mettre plein la lampe ni pour en mettre plein la vue afin d’épater la galerie (des Arcades), non c’est pas du tout ça, car au bout du compte il s’agira pour lui de se bouger afin de régaler la clientèle. Joffrey Aragon, soucieux, concentré, particulièrement absorbé par son travail lorsqu’il est « au mail », fait partie de ces professionnels de la restauration qui, dans la station, continuent de servir le client comme un roi !

 

Dorian, le pizzaïolo du New-Solazo, a la lourde responsabilité en cuisine de remettre au goût du jour les fondamentaux culinaires qui ont fait la belle réputation de l’établissement ; la « napolitaine » signe son grand retour !

Viandes, poissons… et spécialités Maison seront également proposés à la carte. Le cuistot Najib nous promet quelques beaux instants de gourmandise

 

En s’installant à la table du « Solazo », c’est une (belle) adresse ouverte à l’année qu’il va tenter de réveiller, après deux saisons en dents de scie des prédécesseurs. Conçu dans un espace stratégique traversant, offrant deux terrasses – l’une dans les allées piétonnes, l’autre sur le rond-point d’Arrivée -, le potentiel de cet établissement, qui dans les années 2000 a caracolé en tête des chiffres d’affaire réalisés sur le littoral roussillonnais, est réel. Fallait simplement trouver LA personnalité pour le remettre à flot. Joffrey Aragon a donc décidé de relever le défi, et pour ce faire il s’est certes entouré d’une équipe jeune et dynamique comme on dit, en même temps qu’il a choisi de revenir aux fondamentaux culinaires qui ont fait la réputation du « Solazo » : les pizzas !

Certes, poissons et viandes seront toujours présents à la carte, mais côté « pizzas » ce sera une authentique farandole qui sera proposée quotidiennement au menu : dix-sept suggestions gourmandes, y compris les spécialités de la Maison Aragon avec, surtout, la fameuse « napolitaine », la marque légendaire du « Solazo » !

Tous les matins, avant l’ouverture, Joffrey s’installe au comptoir du « Solazo », avec ses cuisiniers, pour des essais-dégustations autour de propositions parfois osées : comme cette crème glacée à la banane sans sucre ; un grand moment.

 

L.M.

 

La même équipe, le même établissement… mais côté Allées piétonnes ! Les masques ont été retirés le temps de la photo… puis gestes barrières et distanciation sociale revenus au galop. D’ailleurs, dans le respect total du protocole imposé par le gouvernement dans le cadre de la crise sanitaire COVID-19, la capacité d’accueil du restaurant a été réduite de moitié jusqu’à la levée des restrictions nationales (espérée par tous les restaurateurs au 30 juin pour entamer une saison estivale enfin normale !).