Quarante-et-un établissements affichent désormais cette « vitrophanie » à titre expérimental (capture d’écran TF1 – Journal télévisé Le 20H de ce mardi 3 août 2021)

 

 

Hier, dans ces mêmes colonnes, la Rédaction de Ouillade.eu vous informait en exclusivité d’une manif’ d’antivax et d’anti pass sanitaire forte d’une quarantaine de personnes venues en découdre, dans la soirée de dimanche, avec un restaurateur argelésien, Landry Boyer, installé dans le centre commercial Costa-Blanca, situé plage-nord sur le territoire de la commune d’Argelès-sur-Mer

 

(Captures d’écran TF1 – Le 20H du mardi 3 août 2021)

Les manifestants reprochaient au restaurateur d’exiger avant l’heure le pass sanitaire à l’entrée de son établissement, n’hésitant pas à le qualifier de tous les noms d’oiseaux, certains jouant les gros bras, en vociférant du « collabo » à toutes les cordes vocales.

L’intervention de la Gendarmerie, de la Police Municipale et du PSIG a permis de calmer le jeu, même si face aux contestataires l’équipe du Costa ne s’est jamais laissée intimider et, surtout, a gardé son sang froid afin d’éviter que la confrontation ne s’envenime et dégénère. Chaque camp, tout en campant sur ses positions, a fait preuve de maturité.

Comme la table du Costa, quarante-et-un établissements – bars, restaurants, clubs… dans le département des Pyrénées-Orientales – appliquent à titre expérimental, à la suite d’un accord entre la Préfecture des P-O et l’Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière (l’UMIH’66), l’utilisation du pass sanitaire.

« Il ne s’agit pas d’aller plus vite que la musique, en aucun cas, mais simplement d’essayer de se mettre en ordre de marche pour recevoir les clients dans les meilleures conditions le jour « J », le jour où le pass sanitaire entrera officiellement en vigueur. Ce jour-là, je veux être prêt. Je ne vois pas où est le problème. Les anti pass sanitaire ont le choix d’aller se mettre à table ailleurs, en saison les possibilités sont nombreuses et diverses, tous les goûts sont dans la nature comme on dit ! Je respecte leurs convictions idéologiques, qu’ils respectent mon travail ! Moi j’ai un commerce à faire tourner, j’ai avec moi une équipe qui ne demande qu’à travailler, nous avons une clientèle à satisfaire, notamment au niveau de la sécurité alimentaire, et parce que j’ai accepté tout-simplement de tenter l’expérience avant l’heure je serais devenu un « collabo ». Mais je rêve ! Les mots ont un sens, ils ont du poids, que chacun retrouve ses esprits, de préférence dans la sérénité. Tout cela me parait tellement absurde ».

Ajoutons que le restaurateur argelésien a été la cible de menaces sur les réseaux sociaux. Il n’a pas pour autant décidé de fermer sa page Facebook, bien au contraire, il résiste : « N’oublions pas que dans cette histoire c’est moi la victime. Il ne faudrait pas inverser les rôles. Qu’on nous laisse travailler, c’est tout ce que je demande, point à la ligne ! ».

 

L.M.

 

(Capture d’écran France 2 – Journal télévisé du mardi 3 août à 20h)

(Capture d’écran BFMTV – journal du mardi 3 août 2021, 20h 30)

 

Toute la journée, Landry Boyer a été sollicité par les chaînes de télévision nationale pour raconter son face à face avec les antivax et les anti pass sanitaires