Hier soir, une quarantaine d’antivax et d’anti-pass se sont rendus devant un restaurant, à Argelès-plage, pour manifester contre le patron de l’établissement parce que ce dernier avait accepté de mettre en place le pass sanitaire, avant l’entrée obligatoire de celui-ci (fixée au 9 août prochain), et ce à titre expérimental comme c’est actuellement le cas dans une vingtaine d’établissements dans les P-O, grâce à un partenariat entre la Préfecture et l’Union des Métiers de l’Industrie de l’Hôtellerie des Pyrénées-Orientales (l’UMIH’66).

Cette manifestation improvisée, à une heure de pointe devant un établissement qui emploie une dizaine de salariés à l’année, a eu pour conséquence l’intervention des forces de l’ordre : Gendarmerie, PSIG et Police Municipale ; devant une clientèle médusée.

Les insultes et injures proférées contre le patron du restaurant en question ont de quoi inquiéter et, surtout, ne grandissent pas ni leurs auteurs ni le mouvement des antivax et anti-pass sanitaire. Si les manifestants s’étaient renseignés avant de vomir leur rancœur sur le restaurateur en le traitant, notamment, de « collabo », ils n’auraient certainement pas tenus de tels propos, sauf à être des imbéciles irrécupérables et des abrutis irréparables !

A l’évidence, ces manifestants se trompent de cible. Plutôt que d’aller déverser leur colère chez un restaurateur, ils auraient été mieux inspirés d’aller frapper à la porte des parlementaires qui sont à l’origine de la loi qui instaure le pass sanitaire. Mais pour cela, il faut être courageux, avoir force d’âme, du caractère et des valeurs, de l’intelligence, bref tout ce qui semble faire défaut à nos contestataires d’un soir…

 

« Le courage ne se vend pas à l’auberge » (proverbe corse).

 

L.M.

 

  • « Le Costa », restaurant-pizzeria situé centre commercial Costa-Blanca, Plage-nord, Argelès-sur-Mer.