L’unique architecture originale faisant penser à un chalet « sur la plage » n’a pas résisté aux ambitions dévorantes des promoteurs immobiliers… Avant (photo ci-dessus) et après (photo ci-dessous) !

En lieu et place du cinéma Le Vox… Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense, la Municipalité d’Antoine Parra restera dans la mémoire collective des résidents de la Plage comme celle qui a fermé un cinéma, même si…

 

C’est une grande première dans le département : en dehors des partis politiques dont souvent les élus « copinent » par intérêts privés et des associations écologistes jugées trop laxistes dans le domaine, à Argelès-plage des riverains ont décidé de passer à l’action pour stopper la « Sarcellisation » impulsée par la nouvelle équipe municipale dirigée par Antoine Parra (Divers gauche), par ailleurs président de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris. Une municipalité qui a choisi de défigurer Argelès-plage à coups de bulldozers et de bétonisation…

Depuis une semaine, les propriétaires de résidences principales ou secondaires des avenues du Canigou, des Corbières, des Mimosas et de la Marende, situées entre l’avenue du Tech et le boulevard de la Mer, sont contactés par un Collectif qui les informe :

« Vous avez sans doute reçu comme nous une proposition de rachat d’un promoteur immobilier afin de construire en lieu et place un complexe résidentiel dans le quartier. Nous comptons refuser bien sûr mais espérons aussi que tel sera la réaction générale afin de préserver pour nos enfants et petits-enfants l’esprit d’Argelès-plage. Si, néanmoins, vous envisagiez d’accepter nous vous serions reconnaissant de nous permettre (éventuellement avec la participation d’autres habitants du quartier) de vous faire une contre-proposition ».

La fronde s’organise.

 

L.M.

 

Toujours dans le secteur de la Plage, juste derrière l’Office de tourisme… plus près encore de l’église et de la Police municipale… 

Et voilà le travail !