Que faudra-t-il faire pour appliquer le pass sanitaire : entourer tables, chaises et guéridons de chaînes, de cordes, de barrières ? Ridicule ! Et surtout totalement inapplicable

Vous vous imaginez, vous, vous poser en terrasse derrière une barrière, une clôture, une ganivelle, une palissade… ou après avoir pris un « ticket » (lire ici « la vérification du QR Code ») ? Bonjour les vacances au bord de la mer !

Vous trouvez ça absurde ? Nous aussi !

 

Le 5 août, le Conseil Constitutionnel doit examiner les nombreuses sanctions édictées par le projet de loi sur le pass sanitaire. L’extension du dispositif anti-COVID aux restaurants, cafés et à leurs terrasses, aux grands centres commerciaux, TGV et Intercités, cars, avions et hôpitaux, ne pourra entrer en vigueur qu’après validation de l’institution juridictionnelle

D’ores et déjà, on peut affirmer que nos parlementaires, députés et sénateurs, n’ont pas fait preuve de bon sens, de discernement et de jugeote en voulant imposer, par exemple, le pass sanitaire aux terrasses des bars, brasseries, cafés et restaurants. C’est même à se demander si un jour nos parlementaires se sont attablés à l’extérieur de l’un de ses établissements, tellement le protocole qu’ils ont voté « en se tenant par la barbichette » – prends ça et je te donne ça en échange (air connu) -, sera absolument inapplicable dans la plupart des cas, que ce soit dans les stations balnéaires, les centres villes ou dans n’importe quel lieu touristique.

Ce manque de lucidité de la part des élus siégeant à l’Assemblée Nationale et à la Chambre Haute, si d’aventure aventureuse il était validé par les sages du Conseil Constitutionnel, entraînera de facto la fermeture d’un certain nombre d’établissements, et ce en haute saison estivale. Les dégâts économiques, localement, seraient alors incalculables. C’est tout un pan de l’activité sociale qui est désormais menacé.

L.M.