(Communiqué)

 

La municipalité d’Amélie-les-Bains-Palalda communique :

 

-« Depuis plusieurs années déjà, la Ville d’Amélie tancée par la Cour des comptes (qui suggère un transfert à la communauté des communes), encouragée par l’Académie (qui voit la tendance démographique de la commune s’enliser dans une baisse continue) et aiguillée par la réalité physique des locaux de l’école de Palalda (vétustes et inadaptés) maintes fois soulignée par les pompiers et certains parents, envisage de transférer les deux écoles concernées dans le groupe scolaire d’Amélie, plus vaste et plus fonctionnel.

Plusieurs fois, en réunion interne, pendant le dernier mandat d’Alexandre Reynal, cette fusion a été décidée mais jamais appliquée comme en attestent les très nombreux documents en notre possession.

Nous voilà au pied du mur :

Nous ne souhaitons pas céder la compétence scolaire à la Communauté de Communes du Haut-Vallespir, elle relève de la proximité la plus étroite.

Nous n’acceptons pas la perspective de fermer des classes (deux sont menacées) et de répartir les enfants concernés sur l’existant au risque de gonfler inconsidérément les effectifs.

Nous ne souhaitons pas perdre le moindre enseignant ni d’ailleurs le moindre ATSEM*.

La fusion permet :

-De ne fermer aucune école,

-De bénéficier de locaux suffisants, sûrs et bien adaptés,

-De conserver le nombre des classes et des enseignants,

-De limiter à 21 le nombre d’élèves par classe,

-De garder une seule et même cantine sur place (actuellement les élèves doivent affronter les intempéries à Palalda),

-De jouir de cours de récréation adaptées tous ensemble (et non par roulement),

-De bénéficier d’une cantine locale à circuit court à forte tonalité bio,

-De concentrer les investissements sur un seul et même lieu pour le plus grand bénéfice de tous les petits Améliens et Palaldéens,

-De bénéficier enfin d’un projet d’école novateur, ambitieux, placé sous le sceau de l’excellence avec des rencontres d’artistes, des ateliers artistiques, des programmations dédiées et aussi un accès pédestre aux équipements sportifs toute l’année (piscine, golf, tennis, stade, etc.) inscrits dans le CGEAC**.

L’heure n’est plus aux combats d’arrière-garde. C’est le moment d’oser ce qui est inévitable et d’agir plutôt que de subir.

Nous sommes porteurs d’un projet ouvert, structurant égalitaire et équitable. La dure réalité des temps que nous vivons rend les prés carrés obsolètes parce qu’ils tournent le dos à une solidarité citoyenne nécessaire et même vitale. Dans cette fusion, en effet, personne ne perd rien sinon peut-être ses habitudes et sa zone de confort.

Nous avons tous tout à y gagner, osons rebondir pour le meilleur et pour demain.

Tout est d’ores et déjà étudié pour faciliter les stationnements et la circulation pédestre sécurisée des enfants ».

 

*ATSEM = Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles.

**CGEAC = Convention de Généralisation de l’Education Artistique et Culturelle.