Marie Costa, maire d’Amélie-les-Bains-Palalda, communique :

 

 

-« Affaire des Gorges : ne pas confondre légalité et opportunité

Contrairement à tous les usages, la trêve des confiseurs ne semble pas avoir cours en Pays Catalan…

J’ai comparu devant le tribunal Correctionnel pour défendre l’honneur de ma ville, des services de la mairie et aussi, bien sûr, d’Alexandre Reynal alors maire de la commune. Comme je l’ai indiqué lors de ma déposition, la gestion administrative du projet de « Pôle grimpe » a été impeccable, notamment grâce au travail rigoureux d’Emmanuel Carbonne alors Directeur Général des Services. Toutes les précautions ont été prises et ce qui est arrivé relève bel et bien de l’accident. Je me permets de saluer au passage la mémoire et les familles des ouvriers disparus.

Il n’en reste pas moins que se pose une autre question. Celle de l’opportunité de toucher à une falaise dont toute la mémoire collective connait la fragilité pour construire une via ferrata, un équipement par essence réservé à quelques pratiquants. Celle aussi d’engloutir pour ce faire 3,2 millions d’euros qu’il faut désormais passer en pertes et profits.

Sur ce sujet, je diverge radicalement de mon prédécesseur et c’est ce que j’ai exposé au Tribunal que j’ai assuré de mon intention de ne pas poursuivre ce projet.

En revanche, je vais tout faire pour restituer aux Améliens leur accès aux gorges, lequel a été purement et simplement éradiqué par l’arrachement des passerelles pour rendre le projet irréversible. Je souligne que cette suppression aurait pu rajouter un malheur à un autre en interdisant l’accès rapide des secours en amont du Mondony.

Les Améliens peuvent être fiers des services de la mairie qui sont les leurs. Ils peuvent être rassurés sur la détermination qui est la mienne de leur rendre un des lieux les plus emblématiques de notre ville ».

 

Marie Costa