(Vu sur la toile)
|

Port-Argelès

 

 

Rédaction de France Info.- Après avoir consulté les professionnels du secteur, durement touchés par la pandémie, le gouvernement prévoit notamment d’investir dans la modernisation et la transition vers un tourisme durable*.
« Faire face à l’urgence et préparer l’avenir. » C’est ainsi que le Premier Ministre Jean Castex a résumé l’objectif du plan « Destination France », qui vise à relancer l’industrie du tourisme dans l’Hexagone. Depuis Amboise (Indre-et-Loire), le Premier ministre a annoncé plusieurs mesures pour permettre à la France de garder son rang de première destination touristique au monde. Moyens, calendrier, filières ciblées… France Info vous résume les principales annonces concernant ce plan quinquennal.

Des prêts pour investir dans la filière
Jean Castex a annoncé que les investissements pour le secteur atteindront 1,9 milliard d’euros et prendront majoritairement la forme de prêts. Sur cette somme, 1,3 milliard d’euros seront prêtés « via les outils d’investissement de la Banque des territoires et de la Banque publique d’investissement », a détaillé le Premier Ministre. D’ici à 2023, 750 millions d’euros de prêts tourisme et 500 millions de prêts relance tourisme doivent permettre selon le gouvernement une « montée en qualité » de l’offre française.

Un investissement « en fonds propres » de 60 millions d’euros sera quant à lui dédié à l’hôtellerie-restauration de moyenne gamme. Le gouvernement souhaite également alléger la réglementation qui encadre l’hôtellerie de plein air, « première offre d’hébergement touristique marchand en France », a rappelé Jean Castex. Un fonds dédié, baptisé « Destination France » et abondé de 150 millions d’euros, sera par ailleurs confié aux préfectures pour aider les acteurs locaux dès 2022.

Des aides spécifiques ont enfin été annoncées à destination des filières ayant subi des « morsures particulièrement fortes de la crise sanitaire », selon Jean Castex. Pour les agences de voyage, longtemps victimes de la fermeture des frontières, un fonds de réassurance public doté de 165 millions d’euros de crédits sera créé.

Du côté de l’événementiel, une aide aux exposants et « des actions pour attirer les grands acteurs internationaux » seront débloquées, pour un montant de 100 millions d’euros. Une campagne de promotion de la France à l’international est aussi prévue, elle s’appuiera notamment sur les grands événements sportifs de ces cinq prochaines années, comme la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.

Des aides pour partir en vacances
Une autre partie de l’enveloppe annoncée par Jean Castex concerne les touristes eux-mêmes. « Nous favorisons le tourisme pour tous », a lancé le Premier Ministre, qui a promis une aide qui pourra aller jusqu’à 250 euros par personne afin d’aider 50 000 jeunes âgés de 18 à 25 ans à partir en vacances. L’aide sera également proposée « à 100 000 seniors par an d’ici 2025 ».

Des mesures spécifiques pour l’Outre-mer ont aussi été annoncées. Une expérimentation doit être menée pour organiser un nouveau système d’aides aux touristes sur des critères sociaux, « avec un objectif de 10 000 départs en vacances dès l’année prochaine », a précisé Jean Castex.

Une campagne de recrutement à venir
Alors que 237 000 salariés de l’hôtellerie-restauration ont quitté ce secteur depuis le début de la crise sanitaire, les gérants s’inquiètent de ne plus trouver de main-d’œuvre et l’ont fait savoir. Pour attirer de nouveaux profils, Jean Castex a annoncé une campagne de communication nationale dès le début de l’année 2022, « auprès du grand public, mais plutôt tournée vers les jeunes générations ». Avec pour exemple les dernières campagnes de l’armée française, « qui ont eu un impact et des résultats extrêmement positifs ».

Autre levier d’attractivité, Jean Castex a promis de nouvelles négociations collectives pour améliorer les salaires et les conditions de travail de la profession. « Nous devons faire évoluer le regard sur les métiers du tourisme », a-t-il déclaré, avant d’annoncer la création d’une « semaine annuelle des métiers du tourisme » en milieu scolaire, mais aussi auprès des étudiants, des apprentis et des demandeurs d’emploi.

Une priorité donnée au tourisme durable
La « montée en gamme » de l’offre touristique voulue par le gouvernement passera par un développement du tourisme durable. « Cela devient un avantage comparatif », a expliqué Jean Castex, qui a annoncé la prolongation du Fonds tourisme durable, lancé en 2021. Au total, 120 millions d’euros seront versés en 2022 par l’Etat dans cette caisse destinée à rendre le tourisme plus respectueux de l’environnement.

Le plan voulu par le gouvernement prévoit également la création et l’entretien de véloroutes, ainsi qu’un soutien aux réseaux de transport collectif pour les touristes. Des sentiers littoraux et des itinéraires culturels seront créés, grâce notamment à une enveloppe de 100 millions d’euros destinée à la rénovation et à la mise en valeur du patrimoine. Les infrastructures, telles que les ports de plaisance et les bases nautiques, seront « verdies »*. Et de nouveaux critères écologiques seront par ailleurs intégrés aux classements de l’hébergement touristique.

 

*NDLR Ouillade.eu : il est à noter que dans son plan de Reconquête et de Transformation du Tourisme en France métropolitaine et de l’Outre-Mer, le Premier Ministre depuis Amboise (département de l’Indre-et-Loire) a annoncé le « verdissement des ports de plaisance, la formation et l’attractivité des territoires portuaires, sans oublier l’Excellence environnementale (…) », mettant ainsi en lumière – et surtout les incluant dans ses engagements – tous les dossiers présentés par la Fédération Française des Ports de Plaisance (FFPP), présidée par le Catalan Serge Pallarès.