Communiqué

 

 

SYDETOM66 : « L’ACTU »

PLAN DE CONTINUITÉ D’ACTIVITÉS (PCA) et PLAN DE REPRISE D’ACTIVITÉS (PRA)

 

« Le 17 mars 2020, le gouvernement a placé la France en état de confinement pour faire face à la crise COVID-19. Le Sydetom66 a su s’adapter et poursuivre sa mission de service public tout en protégeant ses agents des risques liés à la pandémie.

En ce sens, un Plan de Continuité d’Activités, s’appliquant à l’ensemble des compétences du syndicat, a été élaboré et mis en application au 1er jour du confinement. Son objectif était d’assurer le fonctionnement des services essentiels du Sydetom66. D’une durée initiale de 15 jours renouvelables, il a été adapté au fil des semaines selon l’évolution de la pandémie et des décisions gouvernementales pour atteindre sa 9ème version au 7 mai 2020. A partir du 11 mai 2020 un Plan de Reprise d’Activités a été élaboré visant une reprise progressive de tous les services pour atteindre au 2 juin 2020 dans sa version 4 une reprise normale d’activités de tous les services du siège. Concernant les services extérieurs et notamment les agents des quais de transfert, la présence d’ un agent par poste est maintenue jusqu’au 14 juin où une dernière version du PRA entrera en application.

MASQUES ET GANTS POLLUENT LA COLLECTE SÉLECTIVE

Attention, les masques, gants et textiles sanitaires usagés ne sont pas recyclables. Face à la quantité importante de ce type de déchets qui arrivent sur les tapis du centre de tri, notre délégataire DALKIA WASTENERGY tire la sonnette d’alarme. Afin de protéger les valoristes d’ un risque potentiel de contagion, le SYDETOM66 a lancé une campagne de communication sur les réseaux sociaux afin de sensibiliser la population et l’inciter à jeter ces déchets particuliers à l’ordure ménagère et non pas dans les bacs jaunes de tri.

 

REFUS DE TRI

La mise en place, fin 2016, de l’extension des consignes de tri et l’adoption, sur l’ensemble du département des Pyrénées Orientales, d’un seul et même message:

« Maintenant tous les emballages se trient »

devait simplifier et libérer le geste de tri. Or depuis plusieurs mois, et le confinement n’a pas pas arrangé les choses, on constate une dérive inquiétante qui non seulement pollue la collecte mais la rend aussi impossible à recycler. Ainsi, de plus en plus de sacs d’ ordures ménagères, d’objets en tout genre, d’emballages imbriqués ou jetés en sacs foisonnent dans la collecte sélective pour atteindre le taux inacceptable de 30%.

30% de la collecte sélective est polluée

Pour faire face à cette problématique, le syndicat multiplie les contrôles afin d’identifier et recenser les secteurs défaillants sous forme :

-de contrôles des bacs jaunes

-de M11 sur les quais de transferts mais aussi au centre de tri à Calce entrainant des déclassements beaucoup plus fréquents.

En parallèle, il travaille sur une campagne de communication qui sera lancée prochainement , elle reprendra les trois grandes thématiques qui composent le refus de tri : les emballages jetés en sacs, les emballages imbriqués et les objets, avec comme objectif à terme de faire redescendre ce taux de refus historique à des valeurs beaucoup plus acceptables.

D’ores et déjà, la vidéo sur les indésirables au centre de tri est relancée sur les réseaux sociaux ».