Crise sanitaire :

Un déconfinement progressif à partir du 11 mai

 

Le premier ministre a présenté le 28 avril dernier à l’Assemblée national un plan de déconfinement partiel à partir du 11 mai, par étapes et différencié selon les territoires.

Plusieurs mesures impactent la ville d’Argelès-sur-Mer, qui travaille actuellement, avec ses partenaires, à la réouverture autorisée de ses services, de ses équipements et des écoles, au vu du calendrier annoncé (voir tableau ci-dessous). Les modalités de réouverture demandent encore à être précisées mais les plans de reprise sont déjà amorcés. De nombreuses questions restent posées, avec une réponse espérée le 2 juin.

Un déconfinement « à la carte »

Puisque l’épidémie de Covid-19 ne circule pas de la même façon dans l’Hexagone, le déconfinement sera plus strict voire repoussé dans certains départements. L’évaluation de la situation sanitaire à l’échelon local, de laquelle découlera une classification des départements en « vert » ou en « rouge », sera toute autant déterminante pour la mise en oeuvre du processus.

La première carte de déconfinement devrait être dévoilée aujourd’hui par le Ministère de la santé. Elle sera actualisée quotidiennement jusqu’au 7 mai au vu de trois critères (taux de nouveaux cas de Covid-19, taux d’occupation des services de réanimations et de soins intensifs, capacité à mener des tests et dépister l’entourage des nouveaux cas confirmés).

 

 

 

 

Santé :

Des masques « grand public » pour les Argelésiens

Afin d’accompagner au mieux le déconfinement, la commune a passé commande de 20 000 masques « grand public » pour ses habitants. Cette commande a été mutualisée avec les 15 communes et la communauté de communes du territoire.

Cette dernière vient de nous informer que les dates de livraison devraient être les suivantes : 4 000 exemplaires le 7 mai, 8 000 exemplaires le 13 mai et 8 000 exemplaires le 20 mai. La distribution sera échelonnée et organisée au vu de ces données. Plus d’informations à venir en début de semaine.

Homologués AFNOR, ces masques en tissu (lavables et réutilisables une dizaine de fois) répondent aux normes en vigueur et sont recommandés par les autorités sanitaires. Les masques médicaux et chirurgicaux (FFP1, FFP2 ou autres) sont, eux, réservés au personnel soignant.

Des masques « grand public » sont également à la vente dans les pharmacies (depuis le 26 avril) et chez les buralistes (à compter du 30 avril). D’autres points de distribution sont encore à l’étude au niveau national.

De son côté, l’Association française de normalisation (Afnor) a créé une plateforme pour mettre en relation demandeurs et fabricants (artisans ou amateurs) dans chaque département de France métropolitaine et d’Outre-Mer.

Selon les dernières recommandations gouvernementales, le port d’un masque non-professionnel serait recommandé pour la population, mais pas obligatoire, sauf dans certaines situations, qui devront être précisées prochainement.