Estagel : où étiez-vous le 9 novembre ?

Lettre ouverte destinée à madame Lola BEUZE (PCF), conseillère départementale du canton « Vallée de l’Agly ». 

« Madame,

Vous étiez présente, le 13 novembre dernier, à l’occasion du vernissage de l’exposition photos à l’espace Mandela à Estagel. Nous nous félicitons de votre présence dans ce moment festif.
À cette occasion, vous avez salué le travail remarquable réalisé par l’association « Villa Stagello » présidée par Christian MALLET-CARRÉ  et les bénévoles. Nous partageons également votre remarque sur la nécessaire connaissance de notre histoire. Notre avenir, en effet, doit s’appuyer sur le passé, pour avancer dans les meilleures conditions.
Nous tenons simplement à souligner que l’histoire de la vallée de l’Agly, ne se limite pas uniquement aux « coupés de rubans ». Encore moins aux agréables soirées sous les lambris vernissés dans une salle agréablement chauffée.
L’histoire de la vallée de l’Agly, c’est celle aussi des vignerons qui ont mené des luttes. Ils ont souvent étaient à l’initiative dans le département.
L’histoire de cette vallée, c’est aussi la lutte des employés des carrières, celle pour garder toutes les classes dans notre collège et l’école primaire. Celle de la défense du service public.
À toutes ces occasions, les élus de votre parti ont été, non seulement bien souvent les initiateurs, mais le socle solide, l’appui indispensable pour les luttes.
Vous voudrez bien excuser mon étonnement de ne pas vous avoir vue lors du rassemblement devant la mairie à Latour-de-France, ce 9 novembre.
Il était question de s’élever avec le plus de détermination possible contre les abus dont est victime Élisa, agente territoriale injustement bafouée, culpabilisée.
Les élus municipaux de Latour-de-France, avec à leur tête le maire monsieur Michel PIGEON, sont responsables de cette situation digne du roman le plus noir d’Emile Zola.
Alors, voilà la question que se posent ceux qui vous ont permis de gagner le siège de conseillère départementale : « Est-ce que madame BEUZE a rejoint le camp de son binôme monsieur Charles CHIVILO » ?  Pour mémoire, ce dernier a fait acte d’allégeance au président de la République, a été un de ses soutiens.
Nous espérons vivement vous voir dans les prochaines manifestations pour la défense de ceux qui produisent, même s’il est nécessaire pour ce faire, de braver les intempéries, la tramontane. Nous espérons vous voir vous situer du côté de ceux qui souffrent les mille maux, dans le camp de ceux qui ont voté pour vous.
Avec tout mon respect ».

Joseph JOURDA.