Nicolas GARCIA (PCF’66), vice président du Conseil Départemental, en charge du Catalan, nous communique avec prière d’insérer :
« Récemment, dans vos colonnes, « Oui Au Pays Catalan ! », débute un communiqué en affirmant qu’enfin le Conseil Départemental s’était rallié à la position des maires du département pour condamner la situation dans le Principat de Catalunya. Je tiens à préciser que la majorité du Conseil Départemental a condamné les atteintes à la démocratie et les violences perpétrées par l’Etat Espagnol contre les catalans et leurs institutions dés les 23 et 26 septembre 2017, c’est-à-dire bien avant les évènements graves intervenus le premier Octobre jour du référendum en Catalogne. Depuis, au moins à six reprises (jusqu’à la semaine dernière), le Département s’est positionné clairement du côté de la démocratie, des libertés et des droits fondamentaux en Catalogne. Comme institution et même comme élus, nous avons été les premiers à nous prononcer en ce sens. Il vaut mieux que les choses soient dites clairement. Cependant ce qui est important aujourd’hui, plutôt que de diviser, c’est de fédérer, de rassembler, celles et ceux, citoyens, partis, personnalités, associations… qui revendiquent la liberté pour les prisonniers politiques catalans en Espagne, le retour libre des exilés, le droit d’exercer sa souveraineté pour le parlement catalan légitimement élu le 21 décembre 2017 et la fin immédiate de l’application de l’article 155 de la constitution espagnole qui n’est pas justifiée par la situation ».