Dans l’entourage de Me Jacqueline Amiel-Donat (PS), cela ne fait plus désormais aucun doute : « Elle sera candidate aux élections municipales perpignanaises de 2014… ».

Ces mêmes proches confirment que « Jacqueline a trop subi d’humiliations, a trop été l’objet d’attaques et de mensonges de la part de l’actuel 1er secrétaire fédéral du PS (NDLR, le député Jacques Cresta) et de sa clique pour en rester là et regarder le train des municipales passer sans y monter dedans… ».

La candidature de Me Jacqueline Amiel-Donat serait portée par la présence à ses côtés de poids-lourds locaux, dont Me Jean Codognès, responsable départemental d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), ancien député de la 2ème circonscription des P-O (Perpignan/ Côte Radieuse/ Salanque), ancien conseiller général de Perpignan, conseiller municipal, qui connait parfaitement bien les rouages de la vie politique perpignanaise. Un troisième avocat, Me Olivier Amiel, apporterait les compétences locales du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen de Jean-Pierre Chevènement). Nombre de personnalités de gauche, venues des milieux culturels, associatifs et économiques, déçues par la politique actuelle du gouvernement socialiste, auraient déjà rejoint Jacqueline Amiel-Donat, nous dit-on.

Pour conduire sa liste, Jacqueline Amiel-Donat pourrait adopter la stratégie de son amie, Hélène Mandroux, maire de Montpellier, qui a décidé ce week-end de se mettre en congé du PS : « Après des mois de tergiversations, le PS a décidé d’organiser des primaires internes, les 10 et 17 octobre, pour désigner son candidat aux municipales à Montpellier. La maire sortante, Hélène Mandroux, a choisi de ne pas y participer et de se mettre en congé de parti. Elle pourrait se lancer dans la campagne en dehors du PS« , pouvait-on lire dans le quotidien national Le Figaro daté du vendredi 13 septembre 2013.

Si la principale intéressée, Jacqueline Amiel-Donat, venait à confirmer ce positionnement, alors, selon les observateurs de la politique locale, la liste officielle de Jacques Cresta (PS-PCF) pourrait être sérieusement handicapée pour l’emporter à l’issue du second tour des élections municipales sur Perpignan.