Paris : Louis Aliot, vice-président du Front National, a jugé jeudi le Parti socialiste « à côté de la plaque » et « dans le déni de réalité » après le meeting « contre les extrémismes » organisé mercredi soir à la Mutualité.

« Ils se réunissent entre eux sur un sujet qui n’existe pas. Les actes de racisme en France, c’est 0,04% de l’ensemble des crimes et des délits. En revanche le chômage augmente, les délocalisations se poursuivent, la situation dans les rues et la vie deviennent de plus en plus difficiles », a estimé M. Aliot sur RFI.

« Le Parti socialiste est à côté de la plaque. Il n’est plus dans la réalité, il est dans le déni de réalité. Ils se croient encore dans les années 1983 mais tout ça, c’est terminé et je pense que les élections vont bien leur montrer ce que le peuple attend et ce qu’ils ne veulent pas voir », a-t-il poursuivi.

Interrogé sur les attaques subies par la garde des Sceaux Christiane Taubira, M. Aliot s’est dit « bien sûr » choqué, mais a estimé que « ce sont des actes isolés, qui sont d’ailleurs bien partagés ».

– « Quand M. Geoffroy Didier dit de Mme Rachida Dati +elle aurait dû voler des scooters dans sa banlieue+, qu’attend M. Copé pour le mettre dehors ? On voit bien que ce sont des incidents regrettables, qu’il faut prendre des sanctions quelquefois, mais en aucun cas on peut dire que la France est raciste, que la République est menacée et encore moins que le Front national est le parti qui représente cela dans l’opinion parce que sinon, il y a aujourd’hui 30% de Français qui sont racistes ou xénophobes. C’est une plaisanterie », a assuré l’élu des Pyrénées-Orientales.

Interrogé sur le magazine Elle qui a fait de Christiane Taubira la « femme de l’année », Louis Aliot a répondu : « Elle s’est fait une belle publicité. Elle peut dire merci à Minute, à des gens comme ça, des irresponsables. Parce que ça n’aurait pas été mon choix. Mais si le magazine Elle, c’est-à-dire le magazine des bobos féministes, a choisi Mme Taubira, ça représente tout à fait ce qu’elle représente au sein du gouvernement socialiste ».