Ce jeudi 12 février 2015, en fin d’après-midi, le conseil municipal de la Ville de Perpignan se réunissait en séance publique sous la présidence de son maire, Jean-Marc Pujol, UMP, par ailleurs président de l’Agglo.

A l’ordre du jour : la présentation du Débat d’Orientation Budgétaire (DOB)… et l’élection d’un nouvel adjoint afin de remplacer Pierre Barbé, démissionnaire « pour mieux se consacrer à sa délégation municipale, au Tourisme, ainsi qu’à la Présidence de l’Office de Tourisme de Perpignan ».

C’est Marie-Thérèse Sanchez-Schmid, UMP, ancienne députée européenne, enseignante, qui lui succède, comme l’a souhaité le 1er magistrat.

Lors du vote obligatoire des 55 membres du Conseil municipal pour entériner ce choix, Marie-Thérèse Sanchez-Schmid a obtenu 31 voix, contre 12 voix à la candidate porté par le Groupe Perpignan Ensemble de Louis Aliot (FN/ RBM), Claudine Fuentes, et 1 bulletin nul + 11 bulletins blanc !

Traduction : 12 élus de la Majorité municipale UMP-UDI-Unitat Catalana n’ont pas soutenu l’élue qui avait pourtant déjà occupé un poste d’adjointe dans les précédentes équipes menées par Jean-Paul Alduy, alors maire de Perpignan. Commentaire relevé dans les rangs de l’Opposition FN/ RBM : « Quelle gifle pour Sanchez-Schmid !… Le maire va devoir tenir compte de cette désaffection dans ses propres rangs, moins d’un an après les élections municipales… ».