Louis Aliot (FN) : « L’homosexualité est vieille comme le monde… Elle fait partie de la vie des hommes ».

Louis Aliot, vice-président national du Front national (FN), conseiller régional des P-O, avocat inscrit au Barreau des Pyrénées-Orientales (et compagnon de Marine Le Pen), tête de liste aux prochaines élections municipales sur Perpignan…

Ouillade.eu : Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête judiciaire sur Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget… Le ministre doit-il démissionner ?

– LOUIS ALIOT : « Je pense qu’il doit être en disponibilité de son ministère pour le moins, car la justice va être obligée  d’interroger les services dont il est le supérieur hiérarchique. Il y a là, à mon avis, un conflit d’intérêt flagrant ».

Ouillade.eu : Participerez-vous dimanche prochain, à Paris, à la manifestation contre le mariage pour tous ?

– LOUIS ALIOT : « Oui. Parce que j’ai été contacté par les organisateurs d’un défilé initialement prévu à Perpignan, qui n’a pas pu se faire, et que je leur avais dit oui. Il est donc logique que le 13 janvier 2013 je sois présent dans le défilé. J’y serai ! ».

Ouillade.eu : Quelles sont les communes du département des Pyrénées-Orientales où, d’ores et déjà, on peut annoncer qu’il y aura des listes FN aux élections municipales de 2014 ?

– LOUIS ALIOT : « Perpignan, Le Barcarès, Le Soler, Saint-Cyprien… Pour ces villes-là, c’est acté sur le fond et la forme, il n’y a plus que certains détails à régler sur le terrain.

J’ajoute Rivesaltes et Saint-Estève, où les équipes sont bien engagées à ce-jour.

Mon ambition, c’est qu’au moins dix listes FN soient présentes dans les P-O pour aborder les municipales en 2014, ce qui n’est jamais arrivé à des élections locales ! ».

Ouillade.eu : On a l’impression que vous vous focalisez pour partie sur la Salanque, en particulier sur les communes de Le Barcarès et de Saint-Laurent…

– LOUIS ALIOT : « C’est un peu vrai. C’est aussi normal et logique lorsqu’on analyse la situation en Salanque, où le FN a réalisé parmi ses meilleurs scores lors des dernières élections, la présidentielle et les législatives. Que ce soit au Barcarès ou à Saint-Laurent, nous avons de très nombreux militants et sympathisants, je n’ai pas parlé d’adhérents – sur Le Barcarès du temps de M. Aloy nous n’en avions que trois ! (1) – mais le nombre d’électeurs est là ! Notre devoir aujourd’hui est de répondre à leur demande… ».

Ouillade.eu : Quel est l’objectif à atteindre pour le FN sur la ville de Perpignan ?

– LOUIS ALIOT : « L’objectif est de sortir Perpignan du système ! De tourner la page. Car même si Jean-Marc Pujol (Ndlr. le maire UMP) fait mine d’être différent, de gérer autrement, il n’est que l’emblème du recyclage de l’ancien système. Il est en quelque sorte un « bébé-Alduy » !

Il y a des choses à faire sur Perpignan, mais il faut que les gens s’impliquent davantage, il faut que les leaders d’opinion émergent au grand jour, que les chefs d’entreprise et les gens de la société civile s’engagent, osent ! Car ils ont leur mot à dire.

Ce n’est pas normal qu’une ville de la dimension de Perpignan soit à la traîne, accumule des retards impressionnants, qu’elle voit tous ses clignotants virer au rouge tandis que d’autres villes, comparables de par leur taille démographique, avancent, bougent, innovent. Il faut enfin que Perpignan sorte de l’insécurité. Nous n’attirerons pas des investisseurs sur Perpignan dans le climat ambiant local actuel ».

Ouillade.eu : On parle beaucoup d’un « lobby gay » désormais qui influerait sur les décisions de Marine Le Pen…

– LOUIS ALIOT : « Ri-di-cu-le ! L’homosexualité est vieille comme le monde, elle a toujours existé. L’homosexualité fait partie de la vie des hommes. On peut être contre le mariage homo, contre l’adoption par des couples homos, sans pour autant dénigrer qui que ce soit.

Je dirai, sous une forme ironique : le lobby gay est certainement moins puissant au Front que ce qu’il l’est à la mairie de Perpignan… si tant est qu’il existe !« .

Recueilli par L.M.

Louis Aliot (FN) revendique « un millier d’adhérents à la fédération départementale du FN’66″…

(1)  Selon Me Louis Aliot, la fédération départementale du FN’66, dont l’actuelle responsable est la conseillère régionale Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck, compterait désormais plus d’un millier d’adhérents. Il s’agirait-là d’un record jamais atteint dans les P-O, même à l’époque du très dynamique Pierre Sergent (environ 500 adhérents).