Communiqué de presse.

 

« L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne tire la sonnette d’alarme quant à un article passé comme une lettre à la poste (enfin ce qu’il en reste) dans l’Indépendant du lundi 1er octobre et titré « La mairie bientôt loueuse de commerces ? »
On y apprend que la mairie, insurgée contre le prix exorbitant des loyers des commerces en centre-ville voudrait elle-même se faire loueuse pour maîtriser le foncier. Prendre aux riches pour donner aux pauvres en quelque sorte ? Ce serait mal la connaître…
Encore une fois, derrière le prétexte de « l’amélioration des conditions de vie des habitants du cœur de ville », la seule réponse du premier magistrat est une implication de la mairie dans la marchandisation des espaces, une ambition de devenir un nouvel acteur dans la grande compétition immobilière qui tue Perpignan à petit feu entre appartements inoccupés, locaux commerciaux désertés et patrimoine public laissé à l’abandon comme les anciens locaux du Conseil Général de la rue du Théâtre.
La France Insoumise, une fois aux rênes de la ville, proposera une mise à disposition de ces locaux pour redynamiser réellement le centre-ville. Combien d’associations ont besoin d’espace ? Combien d’enseignes solidaires ont besoin de quelques dizaines de mètres en pieds d’immeuble ? Combien d’artisans en survivance ont besoin d’un coup de pouce ?
Ce n’est pas en favorisant les grandes surfaces, en augmentant le prix du stationnement et en prévoyant de s’enrichir sur le dos des commerçants que l’on devient un Zorro de l’immobilier. Mais la mairie n’est pas prêteuse… ».

 

Pour l’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne, Mickaël IDRAC.

 

dig