J-6
La « Climat Alarm » sera l’événement incontournable pendant la COP 24
Face aux lobbies et à l’inaction des gouvernements, la société civile ne démissionne pas.

Le 8 décembre 2018 nous sonnerons l’alarme climatique en France mais à Perpignan aussi.
Rendez-vous à 14h30 Place de la République à Perpignan

Ce jour-là, plus de 150 000 citoyens descendront dans la rue partout en France et à l’international. Dans plus de 100 villes de France, nous serons unis pour faire de cette « Climate Alarm », une marche mondiale pour lutter contre le dérèglement climatique. L’avenir de la planète, le nôtre et celui des générations futures en dépendent. Il est temps d’agir.

Citoyens pour le Climat : une ambition inédite pour le 8 décembre

Le temps presse. C’est la conviction que tous les citoyens réunis au sein de ce mouvement partagent. Tous se révoltent et s’indignent du sort collectivement infligé à la planète. Les Citoyens pour le Climat appellent chacun, chacune à venir marcher le 8 décembre pour exiger un changement radical dans les décisions politiques en matière d’environnement, en France, en Europe et dans le monde.

Notre mouvement travaille ardemment à organiser et à structurer son action au niveau national et international. Pour preuve, Citoyens pour le Climat c’est, en deux mois d’existence :

L’organisation de deux marches
Plus de 100 villes organisées en groupes en France
Des relais dans une trentaine de pays sur les cinq continents
Plus de 80 000 membres sur le groupe Facebook national
Une équipe bénévole de 22 administrateurs et modérateurs
Enormément de « citoyens » qui ne se sont jamais mobilisés auparavant

Nous ne comptons pas nous arrêter là. Après la publication du rapport du Giec, alors que les gouvernements font face à de nombreuses résistances, nous serons à nouveau dans la rue le 8 décembre pour sonner l’alarme, la Climate Alarm. Loin d’être choisie au hasard, la date de cette nouvelle marche s’inscrit dans une semaine cruciale pour l’avenir de notre planète. Du 3 au 14 décembre se tiendra la COP24 à Katowice, en Pologne, conférence internationale où les chefs d’Etats et de gouvernements se rassembleront pour décider ou non de nouveaux engagements climatiques.

Citoyens pour le Climat : un réveil national, une vision internationale
Lorsque Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, annonce sa démission en direct sur France Inter. C’est un électrochoc pour un grand nombre de français.

Cette date marque le début de l’effet Boule de …Terre. Le 8 septembre une première marche est lancée par Maxime Lelong, un jeune journaliste. 100 000 marcheurs pour le Climat : c’est un succès ! A peine la marche finie, que déjà l’après 8 septembre se prépare. L’élan Citoyens pour le Climat prend de l’ampleur, avance main dans la main avec des associations, des ONG, des youtubers. Le mouvement se structure, revendique une action non partisane, responsable, démocratique, non violente.

Résultat : un deuxième succès le 13 octobre, une nouvelle marche rassemble 130 000 personnes dans plus de 80 villes. Si le 8 septembre et le 13 octobre étaient des succès nationaux, nous ambitionnons maintenant d’être présent à l’échelle mondiale, puisque sans ça, rien n’est possible. Des liens ont été établis avec des villes du monde entier : Tokyo, Montréal, Londres, Bruxelles … et bien d’autres encore.

CPLC : un mouvement nouveau, une méthode nouvelle, une philosophie nouvelle

De Lille à Montauban, de Marseille à Brest, et à l’international, plus de 1 000 citoyens collaborent dans le respect et la bienveillance pour la structuration du collectif et permettre à chaque citoyen motivé de trouver sa place en participant au travail qui est réalisé et/ou en participant aux actions déjà engagées par les associations existantes.

Nous sommes et resterons un mouvement citoyen, apartisan. Nous ne revendiquons aucune appartenance associative, syndicale, politique ou religieuse. L’adoption d’une charte et sa signature pour les membres actifs de notre plateforme de travail en est la garantie. C’est un mouvement « créé par les citoyens, géré par les citoyens, pour les citoyens » qui permet de rassembler le plus grand nombre, au-delà des clivages, chacun restant libre de ses faits et gestes.