Réaction du PCF’66 à l’article paru sur le centre ville sauvegardé de Perpignan.

« Le PCF’66, ses adhérents, ses candidats à l’élection législative, Françoise Fiter (élue départementale du canton concerné), Nicolas Garcia, Pierre Serra et Pascal Egido… apportent leur soutien à la mobilisation citoyenne pour la sauvegarde du patrimoine historique de Perpignan.

Sous couvert d’une indispensable réhabilitation du centre-ville, le Maire de Perpignan organise à grand pas la démolition du patrimoine perpignanais. De quoi ravir les promoteurs et les spéculateurs.

Ce patrimoine historique est un bien commun, auquel sont très attachés les habitants de Perpignan et du département. Sa valorisation participerait du dynamisme notamment touristique et économique de la ville, mais le maire de Perpignan fait le contraire en catimini. Au-delà de la mobilisation citoyenne nécessaire que nous soutenons, le SDAP, Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine, chargé, sous l’autorité du Préfet, de veiller sur le patrimoine, notamment des centres anciens, doit prendre clairement position.

Pour nous, la démocratie participative nécessite de prendre le temps d’une réelle et dense concertation avec les populations, les associations et l’ensemble des acteurs concernés.

C’est pourquoi, nous appelons les habitants du département, comme nous l’avons déjà fait, à signer et à relayer la pétition qui circule, demandant un moratoire sur tous les projets de démolition du patrimoine bâti et arboré de la ville de Perpignan ».