Jacques Cresta (PS), député-candidat aux prochaines municipales sur Perpignan, était invité par le directeur de l’entreprise Printel à venir découvrir leurs locaux implantés à Technosud.

Cette société est spécialisée dans le développement de logiciel trouvant des solutions sur-mesure pour ses clients. Cette réactivité et cette adaptabilité lui a permis de remporter de nombreux marchés : centre d’appel pour les Aéroports de Paris, logiciel de réservation pour les permis de conduire sur l’ensemble du territoire, logiciel de réservation pour de grands tours opérateur… Mais également des marchés à l’export : en Italie, Espagne, Portugal et aujourd’hui en Grande-Bretagne.

Ce fleuron de la technologie est implanté à Perpignan depuis 1984 et a su se diversifier et se développer au fil des années. Aujourd’hui cette société emploie 35 personnes sur le territoire national, dont 10 sur Paris. Elle recrute une grande partie de ses développeurs et concepteurs informatiques sur place, dans le vivier de l’école d’ingénieur IMERIR située avenue Paul Pascot sur le campus de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Perpignan et des P-O.

Suite a une remise en question de leur principale activité: la réservation de place pour le permis de conduire (1.5 millions de personnes passent le permis chaque année), par le ministère de l’Intérieur, Jacques Cresta a accompagné l’entreprise dans leurs démarches et est intervenu directement auprès de Manuel Valls. Deux rendez-vous au ministère auront permis à l’entreprise de pouvoir défendre son dossier et aujourd’hui continuer à assurer ses missions, tout en préservant l’emploi local.

Le député a apprécié « le professionnalisme et la volonté de vouloir rester implanter à Perpignan », tout en regrettant « une nouvelle fois qu’en cette période de morosité les médias ne mettent pas suffisamment l’accent sur ces réussites. D’autre part il est dommage que l’Agglomération ne joue pas son rôle en mettant en lien et en rapport ces diverses entreprises afin qu’elles apprennent à se connaître et puissent partager leur savoir faire ».