Cette fois-ci, les propos de Romain Grau « risquent » de ne pas faire rire Jean-Marc Pujol, mais pas du tout rire !…

Date : le jeudi 14 mars 2013, à 16h 30.

Lieu : la salle d’embarquement, hall B, terminal H, porte n° 10, aéroport d’Orly Sud, vol AF7526 (siège 02B en suivant…) à destination de Perpignan.

Evénement : la parution du cahier spécial de l’hebdomadaire L’Express consacré aux prochaines élections municipales (mars 2014) sur la ville de Perpignan.

Acteur principal : Romain Grau (Parti Radical), avocat perpignanais, conseiller municipal délégué de la Ville de Perpignan, conseiller communautaire (PMCA) en charge des Affaires économiques, président de l’association « Perpignan 2020″…

Spectateurs : une cinquantaine, directement témoins de la scène (dont un stewart… le même qui avait raconté à Jacques Font, président de l’UPE’66, « qu’Air France allait partir de l’aéroport de Perpignan-Riveslates » ?).

Le synopsis : Romain Grau fait les cent pas dans la salle d’embarquement, « tel un Arpagon », téléphone portable scotché à l’oreille  – riant aux anges, aux éclats, aux larmes… et comme un bossu ! – en s’adressant à un dénommé François : « T’as lu L’Express… C’est énorme !… Pujol (1) est nul ! Il se tire une balle dans les pieds… De toutes façons, Sitja (2) le conseille très mal… Quant à Ripoull (3), elle est perdue ! A force de naviguer entre Pujol et Alduy (4), elle ne sait plus où elle habite… Ils sont tous ridicules… Qu’ils continuent comme ça, je vais être élu facilement… ».

La boulette : Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (UMP), députée européenne et conseillère municipale de la Ville de Perpignan, débarque à son tour dans la salle d’embarquement. Elle a avec elle un bagage, que Romain Grau s’empresse très élégamment de saisir afin de l’aider : « Attention, car il y a un clou qui dépasse de la valise, et je ne voudrais pas que tu te blesses à la jambe », prévient-elle. Romain Grau de lui répondre illico : « Merci de me prévenir, car si en plus je me blesse et qu’à mon arrivée on m’envoie à l’hôpital de Perpignan, je suis foutu ! ».

On reconnaît bien ici l’humour corrosif et l’esprit facétieux de celui, Romain Grau, qui a été « à l’école de Jean Codognès » ; du nom de Me Jean Codognès, célèbre et étincelant avocat perpignanais, qui décroche régulièrement la timballe dans les prétoires, ancien député socialiste de la 2ème circonscription des P-O…

Ces propos tenus par Romain Grau, l’étaient-ils « pour rire », « pour s’amuser de la galerie »… ou encore « par pur narcissisme » ? En tout cas, ils ont choqué de nombreux voyageurs présents dans la salle d’embarquement, qui malgré eux ont tout entendu : « Romain Grau serait mieux inspiré à l’avenir d’atterrir à Carcassonne ou à Béziers, où il sera moins connu », commente un des passagers ayant assisté à la scène. « En tout cas, qu’il regarde Qui l’entoure ?, avant de se donner en public de la sorte ! ».

//////////

– (1) Jean-Marc Pujol (UMP), maire de Perpignan. (2) Michel Sitja, directeur de cabinet du maire de Perpignan. (3) Clotilde Ripoull, conseillère municipale d’Opposition de la Ville de Perpignan, présidente du Groupe CdC (Convergence de Catalogne), Centristes-catalans. (4) Jean-Paul Alduy (UDI), président de l’Agglo (PMCA) et 1er adjoint de la Ville de Perpignan.