La décision de la justice française concernant l’ancien ministre du Budget Jérôme CAHUZAC du quinquennat socialiste de François HOLLANDE est choquante à plus d’un titre…

Hier, donc, Jérôme CAHUZAC a été condamné « pour fraude fiscale et blanchiment » en Appel à quatre années de prison dont deux avec sursis. Il est condamné également à verser une amende de 300 000€ ainsi qu’à cinq ans d’inéligibilité. Il est donc ressorti LIBRE comme l’air, affichant même un sourire à sa sortie de la salle d’audience, entouré de ses talentueux avocats.

Depuis hier soir, cet arrêt de la Cour d’Appel de Paris est scandaleusement accueilli sur les réseaux sociaux, souvent dénoncé, malmené, vomi aussi, tellement incompréhensible et trop clément aux yeux d’une grande partie de l’opinion publique française qui a du mal à avaler la pilule, la couleuvre…

L’ancien ministre du Budget, qui a menti en direct à la France entière, qui a triché « les yeux dans les yeux » (et aujourd’hui gagné !) s’en sort presque avec les honneurs, tellement le pied-de-nez est ici « hé-naur-me », blessant pour la démocratie dans toute sa symbolique « anti-sociale »

Comment des magistrats ont-ils pu en arriver là ? A trouver des circonstances atténuantes (du moins l’imagine-t-on) à un personnage de l’Etat si méprisable tellement son comportement, à l’époque, a été méprisant…

La nuit dernière, la Justice française a du avoir un mal fou à trouver le sommeil, à dormir sur ses deux oreilles ; elle a raté son rendez-vous avec l’Histoire qui aurait permis une bonne fois pour toutes de renvoyer aux calendes grecques la citation suivante : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » (Jean de LA FONTAINE).

Ce n’est pas ainsi qu’on réconciliera les Français avec « leur » Justice. est tout simplement honteux.