S’il n’est pas (encore) très actif sur les réseaux sociaux, Dominique SCHEMLA, élu de la Ville de Perpignan, vice-président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), candidat aux élections sénatoriales du 24 septembre prochain (sous l’étiquette Union Centriste du Sénat), n’en est pas moins très présent sur le terrain : il est partout !

Hier encore en Cerdagne, avant-hier sur la plaine du Roussillon et dans les Fenouillèdes, etc.-etc., Dominique SCHEMLA, par ailleurs 1er vice-président du SYDETOM’66, quadrille un territoire qu’il connaît par coeur : « Je me régale !, confie-t-il. Les maires, quand ils sont là, sont super-accueillants. Car, malheureusement, les élections sénatoriales tombent à une période de l’année où dans la ruralité de notre département les élus sont souvent très pris par les vendanges ou d’autres occupations professionnelles dans le milieu agricole. Je connais les difficultés que rencontrent les maires des collectivités locales, des petites communes en particulier. Je peux dire aussi qu’ils sont remontés contre les mesures du Gouvernement MACRON – PHILIPPE. L’histoire de la taxe d’habitation, le désengagement grandissant de l’Etat dans les aides traditionnellement allouées aux collectivités publiques, la suppression de la réserve parlementaire qui permettait de cibler des projets de proximité et d’aider conséquemment le tissu associatif… Tout ça va jouer dans le vote des grands électeurs de ces sénatoriales, c’est-à-dire en grande majorité les élus locaux. J’entends la colère gronder contre ces décisions gouvernementales, dans les mairies où je passe ».