Communiqué de presse.

 

« Le Comité Directeur du MODEF s’est réuni hier, pour constater l’échec des États Généraux de l’Alimentation et dénoncer la politique libérale menée par le gouvernement. Le MODEF demande que le Président de la République écoute le peuple ainsi que la détresse des paysans et du monde rural. Aujourd’hui, les exploitants familiaux travaillent 70 heures par semaine pour avoir un revenu en dessous du seuil de pauvreté ! Vient s’ajouter à la crise agricole, une hausse des carburants, de l’électricité, du gaz, entraînant immanquablement les paysans et les retraités agricoles dans la misère.

Le MODEF exige de toute urgence :

-1) Une augmentation du pouvoir d’achat des paysans et des consommateurs en augmentant le revenu des agriculteurs et des salaires,
-2) Des prix planchers rémunérateurs couvrant les coûts de production afin d’obtenir un revenu aux agriculteurs,
-3) Une retraite agricole décente à 1 200 € par mois, le MODEF s’oppose à la prochaine réforme de 2020 qui prévoit la création d’un système universel où un euro cotisé ouvre les mêmes droits pour tous. Cette réforme est injuste. Sachant que 40 % des exploitants ont un revenu de 360 € par mois, ce serait un dramatique abandon de la solidarité nationale.
-4) Le rétablissement de l’Impôt sur la Fortune (ISF),
-5) L’arrêt du CICE,
-6) L’abandon de la hausse du Gasoil Non Routier (GNR),
-7) Le renforcement des services publics en milieu rural, notamment les écoles,
-8) La taxation des entreprises du CAC40 au même taux que les agriculteurs, les artisans, les commerçants,
-9) La lutte contre la fraude fiscale.

Le MODEF appelle ses adhérents à tendre la main aux gilets jaunes et également aux manifestations organisées dans les prochains jours pour travailler à la convergence des luttes, dans le respect des biens et de la dignité de chacun ».