Sandra VELLE, présidente d’Entr’Aide Catalane a décidé, à travers une Lettre Ouverte sur la Condition féminine diffusée à grande échelle depuis le 14 février courant – adressée notamment aux 226 maires des P-O, aux décisionnaires, ainsi qu’aux représentants des medias – d’interpeller l’opinion publique.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’y va pas avec le dos de la cuillère, Sandra VELLE : « Alors que nous traversons un déséquilibre macro-économique excessif, que la dette publique de notre département continue d’augmenter, qu’il se compose de moins de 50% de foyers fiscaux, que la compétitivité et la productivité ne se redressent pas, que le citoyen est accablé de charges… Celles et ceux qui nous administrent se gargarisent aux frais du contribuable catalan. Citons en exemple un onéreux conseiller politique du Département qui coûte plus de 100 000€ aux citoyens catalans (…) et dont le cheval de bataille est la discrimination féminine et le harcèlement sexuel des femmes catalanes (…). Dans cet état de droits, de liberté, d’égalité et de fraternité, au Saint-Siège de la Solidarité, la femme, déshumanisée, n’est qu’un objet représentée par deux figures politiques féminines, Mmes MALHERBE et NEUVILLE, toutes deux cautions et solidaires de ces comportements (…) ».

Suit en annexe de cette missive, véritable missile envoyé entre la Saint-Valentin et la Journée mondiale de la Femme (le 8 mars), un dossier explosif d’une soixantaine de pages et des témoignages assumés par l’auteure de cette Lettre Ouverte sur la Condition féminine.

Note De La Rédaction : dans cette Lettre Ouverte sur la Condition féminine, l’auteure cite nommément les personnes mises en causes.