Pour l’articulation d’une démarche citoyenne et politique en Midipy-LR

 

Le constat

La crise majeure – sociale, environnementale, économique, culturelle, démocratique – que traversent nos sociétés appelle sans délai de notre part une réponse politique nouvelle seule à même de rompre la spirale de désespérance qui fait le lit de l’abstention et d’une extrême-droite plus dangereuse que jamais. Ce sursaut ne viendra pas des partis de la gauche gouvernementale qui ont montré leur incapacité à sortir du modèle libéral et productiviste, et dont le bilan est extrêmement décevant.

L’attente certes confuse mais palpable d’un nouveau modèle d’implication civique et politique (qui se cristallise avec force sur certaines luttes), et l’exemple de mouvements populaires dans des pays voisins (même si ces mouvements sont issus d’une réalité sociétale bien différente de la nôtre) appellent à ré-interroger profondément la façon d’envisager une échéance électorale.

 

La démarche

Notre région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, résolument ancrée à gauche, offre une opportunité rare – et peut-être historique – de modifier profondément la donne lors de ces élections régionales de décembre 2015, offrant alors – par la force de l’exemple – un puissant levier de régénération politique à l’échelle du pays.

Le projet solidaire que nous voulons bâtir n’est pas celui d’un simple cartel d’organisations ou d’un rassemblement d’élu-e-s qui se substitueraient à une dynamique citoyenne. Nous voulons permettre un vrai débat de fond, en confrontant sereinement les idées, pour co-élaborer un projet commun à même de répondre aux urgences sociales, environnementales et démocratiques autour de pratiques nouvelles basées sur des valeurs humanistes.

C’est le pari que font EELV, le Parti de Gauche, Région et Peuples solidaires en vue des élections régionales de décembre 2015 : une nouvelle articulation entre les dynamiques citoyennes et les forces politiques.

Plusieurs initiatives, affirmant une même volonté de rassemblement politique large au service d’une mise en mouvement citoyenne, ont vu le jour dans notre région. Une convergence de ces initiatives a été enclenchée à la rencontre de Narbonne du samedi 11 juillet.

 

Les outils

La construction d’une dynamique citoyenne autour d’une proposition et d’une méthode politique nouvelle (programme, valeurs, méthodes, représentation…) ne doit pas rester un vain mot d’ordre, mais doit se traduire par la mise en place d’outils participatifs concrets, en rupture avec l’offre traditionnelle qui a échoué.

La dynamique des assemblées citoyennes, dont deux se sont tenues dans les Pyrénées-Orientales (à Perpignan le 13 mai et à Thuir le 19 juin) se poursuivra dans le cadre de l’appel citoyen et politique Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées (http://mplr.rassemblementcitoyen.fr/ ).

Afin d’amplifier les convergences lancées à la rencontre de Narbonne, nous mettons aujourd’hui à disposition un outil participatif d’échange programmatique que nous avons choisi de nommer « Le projet en commun ». Cette plateforme doit permettre à chacun-e non pas simplement d’observer, mais d’agir, en toute transparence dans un cadre souple et efficient où chacun-e doit se sentir responsable et se porter garant-e de l’objectif (http://leprojetencommun.net )

C’est la force et la cohérence de ce projet qui sera le levier de l’espoir.