Argelès-sur-Mer deviendrait-elle une terre de non-droits ?
(Contribution à la rédaction de Ouillade.eu)
Un exemple parmi tant d’autres. Celui illustré par des photos prises le même jour au rond point de Pujol entre centre ville et plages. Les mêmes photos auraient pu être prises partout sur le territoire de la commune d’Argelès-sur-Mer.
Comment est-ce possible de dégrader toute la commune à ce point en affichant partout, à tort et à travers, sous tous les formats, pendant des mois ? C’est dommageable pour l’image de la ville.
Et ce au détriment de la sécurité routière, car on ne distingue plus les panneaux de signalisation ni les panneaux directionnels confrontés à ce déferlement d’affichage sauvage. Sans compter que piétons et cyclistes doivent parfois aller sur la route en quittant les trottoirs et pistes qui leur sont réservées pour éviter ces obstacles.
Pourtant les espaces municipaux de panneautage pour les manifestations de tous ordres ne manquent pas à Argelès-sur-Mer. Les festivals et concerts nombreux les utilisent toute l’année.
Quand on pense que le moindre petit panneau posé par un artisan ou commerçant argelésien sur un trottoir est, souvent à juste titre, réprimé par la Police municipale qui applique les directives du maire.
Mais au fait, est-ce que ces centaines de panneaux de cirques et autres apposés pendant des semaines, des mois, sont bien soumis à la taxe communale sur la publicité qui est imposée à toutes les entreprises d’Argelès-sur-Mer ?
Est ce que des procès verbaux pour leur installation illégale sur l’espace public sont pris ? Est ce que la Police municipale peut appliquer normalement les arrêtés de police du maire qui existent à Argelès-sur-Mer ? La commune pourrait être plus riche. Dans un tout autre domaine, il pourrait en être de même avec la taxe de séjour que des centaines de propriétaires argelésiens ne paient pas en cette période estivale en ne déclarant pas les locations de leurs biens ! La Ville d’Argelès-sur-Mer serait si riche que ça pour s’asseoir sur des milliers d’euros ainsi détournés en été ?…
Mais revenons à nos éléphants.
On pourrait sans doute s’étonner de la soirée de cirque offerte par le maire Antoine PARRA, début août, aux seuls enfants et familles du personnel communal et de quelques élus ou d’anciens élus (…).
Au fait, pourquoi seuls les enfants des employés municipaux – dont beaucoup n’habitent pas Argelès-sur-Mer, et donc n’y payent pas d’impôts – sont-ils invités ? Qui paye ? Les élus impliqués, le cirque ou le budget communal ? Et pourquoi n’inviterait-on pas tous les enfants des écoles d’Argelès-sur-Mer qui y habitent ? Au moins leurs familles y payent leurs impôts locaux, non ?