(L’entrée de la Gare a été caillassée… Certaines vitres ont volé en éclats !)

 

Qu’attend la Direction régionale de la SNCF pour mettre un terme à l’insupportable situation qui quotidiennement empoisonne la vie des usagers et des touristes ?

Un groupe d’adolescents, entre autres,  a pris possession des lieux pour en faire son terrain de jeux… ou plutôt l’espace de tous ses trafics – stupéfiants, cigarettes, vols à la tire… – s’appropriant le site pour en faire sa chasse gardée. Le tout, sous l’œil des caméras ! C’est à se demander si celles-ci ne sont pas factices, tellement les voyous exerçant sur ce territoire agissent en toute impunité, raillant les vigiles et autres représentants de l’ordre lesquels, à l’évidence, sont dépassés par les événements.

Les employés de la SNCF et autres voyageurs habitués à fréquenter la gare de Perpignan sont formels : « Il n’y a qu’en gare de Perpignan qu’on voit et qu’on vit une telle insécurité ! Montpellier, Nîmes ou Avignon, pour parler des autres grandes villes du réseau SNCF régional qui longe la Méditerranée, sont des stations thermales à côté ! En gare de Perpignan, le climat est devenu agressif, dangereux, les autorités locales concernées doivent désormais réagir en urgence ».

Mardi encore, en fin d’après-midi, des SDF et des dealers se sont affrontés dans le tunnel qui relie la gare TGV à la gare des TER-Intercités. Une meute de chiens non muselés (!) les accompagnaient dans leurs (dé)boires. Une scène de guerre incroyable à une heure de grande fréquentation, entre 16h 45 et 17h !

Certains ont traversé les voies ferroviaires au mépris des règles de sécurité élémentaires, comme s’il s’agissait d’un jeu, de relever un défi, etc.-etc.  D’autres ont carrément arraché des pavés pour les propulser volontairement sur les baies vitrées de la gare… Au milieu de tout ce mic-mac, on se demande comment personne n’a été blessé. Un miracle !

La SNCF ne pourrait-elle par « privatiser » ce territoire urbain qui lui appartient, comme cela se fait pour les aéroports ? Car visiblement, assurer la sécurité des voyageurs et des accompagnants ce n’est pas son « truc » ! Visiblement, elle ne sait pas faire. A Perpignan en tout cas.

 

(Les rares interpellations ont provoqué des attroupements de badauds)