Ce matin, en Préfecture des P-O à Perpignan, avait lieu l’installation de Christian Bourquin (PS), sénateur des P-O et président de la Région Languedoc-Roussillon, à la tête du Conseil de gestion du futur Parc naturel marin du Golfe du Lion…

« Enfin ! Après plusieurs mois d’attente, nous pouvons enfin nous mettre au travail ! Sans le contexte économique difficile que nous connaissons, le Parc est un nouveau levier pour nous tous. C’est pourquoi le Parc doit être rapidement concret, utile et efficace, au service des résidents de la mer. Le Parc doit être un levier de développement économique et de valorisation de notre patrimoine naturel. Le Parc doit être un espace de démocratie dans lequel chacun pourra faire valoir ses projets au bénéfice de tous.

Nous avons déjà tant fait ensemble ! Nos actions depuis 15 ans ont déjà montré leurs résultats :
– Pour développer l’emploi de la mer : terminal fruitier à Port-Vendres, mise en réseau des ports de plaisance avec le réseau Odyssea, lycée de la Mer à Canet-en-Roussillon (36 millions d’euros), recherche avec le Biodiversarium (Laboratoire Arago + Pierre Fabre), caisse intempérie pêcheurs (25 000 euros/ an) et achat de poissons frais pour les cantines (20 tonnes par an), campagne de promotion des pêcheurs sur le réseau d’affichage ;

– Pour transmettre notre patrimoine maritime historique et naturel : succès populaire du sentier sous-marin (20 000 visiteurs/ an), réhabilitation de Paulilles, création d’un atelier de restauration des barques, bras de fer gagnant pour l’interdiction de la pêche au corail au-dessus de 50 mètres après 7 ans de lutte acharnée ;

– Pour assurer la sécurité en mer : formation des pompiers pour la surveillance des plages, financement des vedettes SNSM (vedettes de Canet et du Barcarès : 113 000 euros et 117 000 euros à la charge de la Région), digues de Port-Vendres et de Cerbère…

Dès 2007, j’ai porté avec vous le projet ! En réalité, notre travail collectif a démarré dès 2007. Dès l’installation de la mission d’étude à Port-Vendres, nous avons assuré le portage local du projet en parallèle du portage technique assuré par l’équipe d’Yves Compain. Je tiens à saluer ici le formidable travail de concertation effectué par l’équipe du Parc. En décembre 2009, nous sommes allés ensemble, en délégation, étudier le fonctionnement du Parc naturel marin d’Iroise. Cette mission a permis aux acteurs locaux de mieux comprendre ce qui nous attend aujourd’hui. Notre dynamique a reçu le soutien d’autorités morales : Louis Le Pensec, en octobre 2010, Enzo Maiorca, en septembre 2011. Nous aurons l’occasion de les convier à nouveau à travailler avec nous.

La Gouvernance : ensemble, prenons en main notre Méditerranée. Jusqu’à présent, l’Etat exerçait seul son autorité en mer. Grâce au Parc, désormais, nous avons la possibilité de contribuer aux décisions concernant l’espace marin. C’est une énorme responsabilité qui nous incombe à tous. A nous, résidents de la mer, de prendre en main le destin de notre Méditerranée. Ensemble, nous savons trouver les solutions et l’occasion nous est donnée d’aller beaucoup plus loin. Notre action aura valeur d’exemple à l’échelle de toute la Méditerranée. Soyons fiers de ce nouvel outil et faisons le prospérer ensemble. Je compte dès à présent sur l’expérience et l’engagement de chacun pour que notre Parc soit à la hauteur des espérances et des ambitions que nous plaçons en lui.

Le Parc doit être un outil concret, utile et efficace. Sitôt le bureau du Conseil de gestion installé, nous ferons du Parc un outil de développement et de protection de la Méditerranée. Pour cela, il nous faut rédiger ensemble un plan de gestion, tout en prenant le temps nécessaire de la concertation avec tous et pour tous. Ce plan de gestion permettra de mobiliser les moyens nécessaires à sa réalisation. Dès à présent il nous faut agir : je réunirai le bureau au plus tôt pour valider le lancement d’une série d’actions prioritaires.

Ce programme sera soumis à débat, mais d’ores et déjà je vous propose certaines pistes :

– favoriser le développement des petites et moyennes entreprises liées à la mer, dans le cadre d’un projet global de développement de notre économie maritime : pêche et produits de la mer, activités nautiques, transport maritime, construction navale…

– améliorer la qualité des eaux marines et notamment lutter contre les micro-déchets

– mettre en valeur les savoir-faire de la recherche-développement présente en Roussillon sur les questions de biologie marine et d’océanographie

– valoriser l’authenticité de notre patrimoine maritime aux côtés des nombreuses associations qui oeuvrent chaque jour avec leurs bénévoles

– améliorer l’accueil touristique sur la côte et dans nos ports, avec les opérateurs touristiques du littoral et de l’arrière-pays

– développer des nouveaux récifs artificiels capables de répondre aux besoins de nos pêcheurs et de nos plongeurs

– soutenir les événements sportifs qui génèreront des retombées économiques pour les communes et les professionnels du tourisme

– tourner notre population vers la Méditerranée, notamment les jeunes avec des actions de découverte portées par les associations.

Ensemble, nous irons plus loin avec le Parlement Régional de la Mer. Notre démarche s’inscrit dans la continuité du travail avec le Syndicat mixte Canigo Grand Site et ses 39 communes, récompensé par le prestigieux label Grand Site de France. C’est aussi la suite de la démarche engagée par les 64 communes du Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes depuis 2005. Notre Méditerranée ne s’arrête pas aux limites du Parc naturel marin. Mon ambition est de construire avec vous un véritable Parlement de la Mer qui couvre l’ensemble du Languedoc-Roussillon d’ici la fin 2012. Je compte sur chacun d’entre vous, ici, pour s’y investir ».