On le répète chaque année : le festival des Déferlantes qui se déroule à Valmy, sur les hauteurs de la commune d’Argelès-sur-Mer, est une véritable catastrophe économique (et coûteuse pour le contribuable) pour la station.
En effet, pendant le festival, à cause des accès qui sont encombrés et des parkings saturés, depuis Port-Argelès jusqu’à la plage Nord le business saisonnier est (presque) à l’arrêt pendant la durée du festival.
Cette année, c’est la Coupe du monde de football et le parcours exceptionnel des Bleus dans la compétition, qui auront sauvé ce début de saison à la Plage.
Grâce au professionnalisme des cafetiers, restaurateurs, glaciers et autres établissements de bouche argelésiens qui n’ont pas hésité à investir massivement (écrans géants, personnels saisonniers, wifi…), la station Argelès-plage a pu sauver les meubles, alors que les Déferlantes ôtaient au front de mer et à ses allées piétonnes son pouvoir d’attractivité.
Aussi, lorsque on lit que les organisateurs des Déferlantes se gargarisent du succès du Off à la plage, mis en place cette année pour la première fois, vendredi dernier, et que ceux-ci s’attribuent pas moins de 10 000 spectateurs pour cette formule, on ne peut que fulminer et crier au mensonge et à l’escroquerie !
En effet, les 10 000 personnes qui ont enflammé Argeles-plage ce vendredi-là, et que les organisateurs des Déferlantes revendiquent sans scrupule, soir des quarts de finale du Mondial de foot (France/ Uruguay puis Belgique/ Brésil), l’ont fait au nom du football à 90% soyez en convaincus chers lecteurs.
Mais il y a pire : face à la vague footballistique déferlante, certains cafetiers avaient demandé à ce que les groupes de musicos et dijés soient déplacés ou la mettent en veilleuse le temps des matches pour ne pas déranger la clientèle. Tout cela témoigne bien, à la Plage en tout cas, que les Déferlantes, une fois de plus, n’ont rien apporté ! Cela bien sûr n’enlève en rien au succès de la programmation et de la fréquentation du festival à Valmy, qui demeure un rendez-vous estival très couru et, probablement, haute qualité. Quoique… car nombre de critiques sur les réseaux sociaux « assassinent » littéralement l’organisation du festival !