On se souvient que le député Louis ALIOT (FN-RBM), par ailleurs conseiller municipal et communautaire de Perpignan, avait, en quelque sorte, soulevé le lièvre concernant le centre commercial « Carré d’Or », projet porté par la municipalité perpignanaise.

S’appuyant sur certains faits de dysfonctionnement dans l’attribution et la réalisation de ce projet très controversé, le parlementaire avait saisi la justice. A l’époque, tandis que sur le sujet comme à l’accoutumée les médias roussillonnais faisaient preuve d’une discrétion grandguignolesque, la presse espagnole, elle, n’avait pas hésité à publier des articles évoquant des éléments troublants et insincères concernant une certaine manipulation d’intérêts privés, se faisant l’écho d’une tentative de corruption à partir d’agissements de personnalités politiques ayant pignon sur rue des deux côtés des Pyrénées.

On apprend aujourd’hui que, dans ce dossier sulfureux, Louis ALIOT a justement été entendu en qualité de simple témoin par le Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Perpignan. C’est d’ailleurs ce que souhaitait le député des P-O.